Efficacité du vaccin contre la Covid-19 : 5 nouvelles données rassurantes

La campagne de vaccination contre le coronavirus a démarré le 27 décembre dernier dans l’Hexagone. Aujourd’hui, près de 43 millions de Français présentent un schéma vaccinal complet. On fait le point sur les données rassurantes disponibles à ce jour sur le sérum anti-Covid-19.

Restez informée

Quel est l’impact du vaccin contre la Covid-19 sur les hospitalisations ? Quels sont les véritables effets secondaires de ces sérums ? Que sait-on de l’efficacité de la troisième dose ? Autant de questions que les Français se posent et qui suscitent l’inquiétude. A mesure que la campagne de vaccination avance, de nouvelles informations viennent compléter nos connaissances sur le sujet. Voici quelques données rassurantes sur le sérum contre la Covid-19.

Covid-19 : la vaccination aurait permis d’éviter 47.400 décès

Combien de décès la vaccination a-t-elle permis d’éviter ? C’est la question à laquelle ont souhaité répondre des chercheurs de l’université de Montpellier, en collaboration avec les CHU de Nîmes et de Caen. Pour ce faire, ils ont réalisé une étude, dont les résultats sont disponibles sur le site de prépublication scientifique OSF Preprints. Ces travaux n’ont pas encore été évalués par les pairs.

Pour évaluer l’impact de la vaccination sur le nombre de décès, les chercheurs ont comparé la courbe réelle du nombre d’admissions en soins critiques et de décès à l’hôpital dus à la Covid-19 depuis le mois de janvier dernier, avec une courbe projetée du nombre d’admission et de décès qui auraient été recensés sur la même période s’il n’y avait pas eu de vaccin, établie grâce à un modèle mathématique.

Résultat : au 20 août, la campagne de vaccination française avait déjà permis d’éviter 39.100 séjours en soins intensifs et 47.400 décès hospitaliers, indiquent les chercheurs à l’origine de cette modélisation. “C’est un travail sérieux et les résultats ne sont pas surprenants, mais il faut les prendre comme un ordre de grandeur et non pas comme un bilan précis”, a précisé au Parisien l’épidémiologiste Mahmoud Zureik, qui n’a pas participé à ces travaux.

Une première étude (en preprint) s’est penchée sur l’impact populationnel de la vaccination en France. 39 100 séjours en soins critiques et 47 400 décès auraient été évités depuis le début de l’année. #Covid19

⏩https://t.co/oi5An8hKQ9 pic.twitter.com/lZVfqrKx2C

Les vaccinés auraient 11 fois moins de risques d’être admis en soins critiques

Pour évaluer l’efficacité des vaccins anti-Covid-19, la Direction de la Recherche, des Études et de l’Évaluation des Statistiques (Drees) analyse régulièrement les données concernant le statut vaccinal des personnes contaminées, hospitalisées et décédées à cause du Covid-19. Dans sa dernière étude, parue le 20 août dernier, elle révèle qu’il y a huit fois moins de tests de dépistage positifs à la Covid-19 et onze fois moins d’entrées en soins critiques chez les personnes vaccinées que chez les personnes non vaccinées.

L’étude révèle notamment que les non-vaccinés représentaient 84 % des entrées en soins critiques et 76 % des entrées en hospitalisation conventionnelle durant la première semaine du mois d’août. “La vaccination diminue considérablement le risque d’être hospitalisé en soins critiques. C’est un message très important pour toutes les populations qui douteraient encore de l’importance de la vaccination (…) Il y a un véritable impact protecteur de la vaccination avec les vaccins que l’on a en France”, avait souligné le Directeur général de la santé Jérôme Salomon le 20 août, lors d’un déplacement à l’aéroport d’Orly.

La Covid-19 serait associée à plus d’événements indésirables que le vaccin

Depuis le début de la campagne de vaccination, la question des effets secondaires des sérums anti-Covid-19 suscitent des interrogations. En France, le vaccin Pfizer/BioNTech est le plus administré : d’après les dernières données de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), 44.587 cas d’effets secondaires ont été enregistrés depuis le début de la campagne de vaccination.

Pour faire le point sur les effets indésirables associés au vaccin Pfizer/BioNTech, le Clalit Research Institute (Israël), en collaboration avec des chercheurs de l’Université de Harvard (États-Unis) ont réalisé la plus vaste étude menée à ce jour sur le sujet. Les résultats sont disponibles dans le New England Journal of Medicine (NEJM).

Les chercheurs ont divisé ces travaux en deux parties : dans un premier temps, ils ont comparé les événements indésirables survenus chez 884.828 personnes vaccinées et 884.828 personnes non vaccinées. Sur les 25 effets secondaires potentiellement associés au vaccin analysés, ils ont constaté que seuls quatre d’entre eux avaient une forte association avec le sérum anti-Covid : la myocardite, la lymphadénopathie, l’appendicite et l’herpès.

La seconde partie de l’étude consistait à comparer les effets indésirables survenus chez 173.106 vaccinés non infectés par la Covid-19 et 173.106 non vaccinés infectés. Ils ont constaté qu’une infection à la Covid-19 était associée à un risque considérablement accru de certains de ces mêmes effets secondaires. “Ces résultats montrent de manière convaincante que ce vaccin à ARNm est très sûr et que l’alternative de la morbidité “naturelle” causée par le coronavirus expose une personne à un risque important, plus élevé et beaucoup plus courant d’événements indésirables graves”, a conclu le professeur Ran Balicer, auteur principal de l’étude et directeur du Clalit Research Institute.

90 % des patients en soins critiques à l’AP-HP sont non vaccinés

L’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) a également dévoilé ses chiffres concernant le statut vaccinal des personnes hospitalisées. “Dans nos réanimations à l’assistance publique, en soins critiques, 90% sont non-vaccinés, 10% sont vaccinés avec souvent d’autres maladies qui expliquent une forme grave”, a indiqué Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP le 25 août sur BFM TV.

Des données qui confirment l’efficacité des sérums anti-Covid-19. “Nous savons que la vaccination réduit considérablement le risque de mort, le risque de traîner pendant plusieurs mois des complications extrêmement graves, ça sauve la vie”, a ajouté Martin Hirsch.

Vaccin Covid-19 : la troisième dose serait efficace à 86 % chez les plus de 60 ans

Dès ce 30 août, il est possible de prendre rendez-vous pour bénéficier d’une troisième dose de vaccin anti-Covid-19. En France, ce rappel concerne pour l’heure les personnes de plus de 65 ans et celles présentant des comorbidités. L’objectif ? Maintenir ou renforcer la protection conférée par la vaccin, qui a tendance à diminuer avec le temps.

En Israël, l’administration de la troisième dose a débuté en juillet et des premières données rassurantes quant à son efficacité ont été dévoilés le 18 août dernier. Ces chiffres ont été révélés par l’organisme d’Assurance maladie israélien Maccabi et relayés par Reuters. Sur plus de 800.000 personnes âgées de plus de 60 ans, 149.144 avaient reçu leur troisième dose il y a au moins une semaine et 675.630 n’avaient reçu que deux doses il y a plus de six mois. Au total, 37 des personnes ayant reçu le rappel de vaccin ont été testées positives à la Covid-19, contre 1.064 personnes n’ayant reçu que les deux doses. La troisième dose serait donc efficace à 86% chez les plus de 60 ans, d’après ces premiers chiffres.

A lire aussi :

⋙ Vaccin Pfizer entièrement approuvé par les autorités de santé américaine : pourquoi c’est une bonne nouvelle

⋙ Covid-19 : les vaccinés ont 14 fois moins de risques d’être hospitalisés

⋙ Covid-19 : à quel point le vaccin réduit-il notre risque d’être contaminé ? Une étude répond

Source: Lire L’Article Complet