En Italie, le Championnat de football féminin devient professionnel

C’est officiel, le football devient le premier sport à disposer d’un championnat féminin professionnel en Italie

Mardi 26 avril 2022, à l’occasion d’une conférence de presse, Gabriele Gravina, président de la fédération italienne de football (FIGC), a entériné un projet mis en place dès 2020, peut-on lire dans le communiqué de presse publié après la conférence. 

Cette transition, dont l’annonce a été relayée par de nombreux médias nationaux comme le Il Post, prendra forme dès le début de la saison 2022-2023, au 1er juillet prochain. 

La professionnalisation, un travail de longue haleine

La professionnalisation de la ligue féminine de football italien est dans les tuyaux depuis plusieurs années. 

Déjà, en 2015, les joueuses de la Serie A (première division) avaient menacé de faire grève, juste avant le début de la saison. Si l’on ne parlait pas encore de rendre la discipline professionnelle à ce moment-là, les athlètes luttaient pour une valorisation de la branche féminine du football italien. 

Puis, trois ans plus tard, en 2018, les clubs féminins de Série A et B, avaient annoncé refuser de participer aux activités officielles organisées par la Ligue amateur “pour que leur qualité professionnelle soit reconnue”, rapportait, à l’époque, Europe 1.

En juin 2020, la FIGC avait finalement acté cette professionnalisation féminine, en annonçant une transition “graduelle” pour la saison 2022-2023, différents ajustements (notamment législatifs) ayant besoin d’être mis en place, en amont, pour réformer le monde sportif italien, encore très masculin. 

Une reconnaissance et une nouvelle sécurité pour les joueuses

“Aujourd’hui est un jour important, enfin nous avons les règles et régulations qui gèrent le professionnalisme dans le football féminin”, a déclaré Gabriele Gravina, président de la fédération, lors de la conférence de presse du 26 avril. 

Jusqu’à présent, encadré par la Ligue amateur, le football féminin ne permettait pas à ses joueuses d’en tirer une rémunération officielle. 

“La rétribution des joueuses et des employées des équipes était donnée sous forme de remboursements. De plus, même si elles exerçaient un emploi à temps plein, l’absence de véritables contrats de travail ne garantissait pas les paiements de la sécurité sociale ou des assurances”, explicite It Post.

“Avec la transition vers le professionnalisme, les protections et indemnisations seront étendues à toutes les adhérentes”, poursuit le quotidien.

Le foot féminin italien en plein essor 

Cette professionnalisation voit finalement le jour, alors que le football féminin en Italie est au plus haut. 

Déjà, en 2019, l’équipe nationale (Squadra Azzura) était parvenue à se qualifier pour la Coupe du Monde féminine de la même année, près de vingt ans après sa dernière apparition sur la scène mondiale. L’équipe avait été jusqu’en quart de finale. 

Du côté du championnat national, les équipes féminines ne sont pas en reste, certaines se démarquant par leurs performances en constante évolution. Les joueuses de la Juventus Turin, ont ainsi remporté les quatre dernières éditions de la Serie A.

Cette année, les Turinoises ont même réussi à se hisser jusqu’en quart de finale de la Ligue des champions féminine, où elles ont été battues par l’équipe de l’Olympique Lyonnaus, comme le rapporte Eurosport. 

Source: Lire L’Article Complet