En Malaisie, le dernier Disney crée la polémique

Sur Twitter, d’autres internautes pointent du doigt que dans beaucoup de pays d’Asie du Sud-Est, la plateforme Disney Plus n’est pas disponible, et qu’il sera donc impossible pour l’instant de voir ce film censé rendre hommage à leur culture. 

Le film soulève aussi des questions politiques

Une question simple se pose : y a-t-il un sentiment d’identité commune en Asie du Sud-Est ? Ces 670 millions de personnes qui parlent différentes langues, connaissent des régimes politiques ou militaires divers, pratiquent différentes religions, se pensent-ils comme une unité ? La réponse est non pour David Lim, professeur à l’Open University Malaysia, spécialiste de l’interprétation culturelle du cinéma sud-asiatique : “Je pense qu’il n’y a aucun film, documentaire, dessin animé ou Disney qui puisse représenter l’Asie du Sud-Est en général.”

C’est une région extrêmement diverse, et il n’existe pas aujourd’hui d’identité d’Asie du Sud-Est aux contours bien définis.

à franceinfo

“Ceci étant dit, de bonnes choses peuvent émerger de ce film, qui suscite de l’intérêt. Et qui sait, il pourra peut-être motiver les habitants de cette région à s’intéresser aux cultures de leurs voisins, et peut-être aussi à s’interroger sur ce que l’Asie du Sud-Est est pour eux.” 

Cet universitaire a, lui, vu Raya et le dernier dragon, qu’il considère comme un simple hommage aux cultures d’Asie du Sud-Est, qui pourra peut-être aussi attirer l’intérêt des Européens ou Américains sur cette région.

Source: Lire L’Article Complet