Épicondylite : définition, symptômes, traitement… de quoi s’agit-il ?

L’épicondyle est un petit relief osseux situé juste au-dessus de l’articulation du coude. Parfois, il arrive que les tendons des muscles de l’avant-bras qui s’y fixent soient affectés. Une douleur apparaît alors au niveau du coude : c’est ce qui est appelé une épicondylite ou “tennis elbow”. Il s’agit d’un trouble musculo-squelettique (TMS) du membre supérieur.

  • Indonésie : éruption d'un volcan de boue, quatre personnes intoxiquées

    KameraOne

  • «Inutile»/«Compréhensible»: les Franciliens divisés sur l’obligation du port du masque à Paris

    Le Figaro

  • Panique pour des garde-côtes américains approchés par un requin

    KameraOne

  • Floride : un avion s'écrase dans un marécage, les deux occupants sains et saufs

    KameraOne

  • États-Unis : l'ouragan Laura provoque un incendie dans une usine chimique

    KameraOne

  • États-Unis: les images après le passage de l'ouragan Laura en Louisiane

    Le Figaro

  • Birmanie: trois millions d'habitants confinés dans l'Etat Rakhine

    AFP

  • Rater une marche dans les escaliers fini souvent mal

    BuzzVideos

  • Miracle : une seule maison épargnée lors d'un feu de forêt destructeur

    KameraOne

  • États-Unis : la population évacuée à l'approche de l'ouragan Laura

    KameraOne

  • Ces amis fabriquent une super table de bière-pong

    BuzzVideos


  • Indonésie : éruption d'un volcan de boue, quatre personnes intoxiquées
    Un volcan de boue est entré en éruption jeudi sur l'île de Java, en Indonésie. Le volcan Kesongo, a projeté de la boue et des gaz toxiques jusqu'à 30 mètres de hauteur. Quatre personnes ont été intoxiquées et près d'une vingtaine de buffles sont portés disparus.


    KameraOne


  • «Inutile»/«Compréhensible»: les Franciliens divisés sur l’obligation du port du masque à Paris
    «Inutile» ou «compréhensible», les Franciliens sont divisés mais portent tous globalement le masque, au premier jour de l'arrêté préfectoral, vendredi 28 août, le rendant obligatoire dans toutes les rues de Paris.


    Le Figaro


  • Panique pour des garde-côtes américains approchés par un requin
    La semaine dernière, des membres d'équipage d'un navire de la Garde côtière des États-Unis ont été dangereusement approchés par un requin pendant qu'ils se baignaient dans l'océan Pacifique. Des coups de feu ont été tirés pour faire fuir l'animal. Par chance, personne n'a été blessé.


    KameraOne

VIDÉO SUIVANTE

La douleur peut avoir différentes origines : micro-déchirures des tendons, lésions au niveau de leur insertion sur l’os… Elle survient souvent après une sollicitation intensive ou répétée du bras, de l’avant-bras et de la main. Elle peut toutefois être liée à une épitrochléite, affection comparable qui touche cette fois l’épitrochlée, à la face interne du bras.

Quels sont les symptômes de l’épicondylite ?

L’épicondylite peut arriver brutalement ou progressivement, mais survient habituellement sur le bras dominant. Elle se traduit par un coude sensible au toucher, puis une douleur qui apparaît. Celle-ci s’étend ensuite à la face externe du coude et de l’avant-bras, si bien qu’elle peut survenir lors de certains mouvements, quand le bras ou le poignet se plient et se déplient, lors de la saisie d’objet, d’une rotation de la main…

Quels sont les causes et facteurs de l’épicondylite ?

En France, les troubles musculo-squelettiques (TMS) représentent 87 % des maladies professionnelles, d’après le site d’Ameli. L’atteinte du coude concerne quant à elle 19 % des cas de TMS des membres supérieurs. L’activité professionnelle est ainsi le principal facteur de risque d’épicondylite, notamment quant elle implique le serrage d’un manche, la rotation fréquente de l’avant-bras couplée à une flexion répétée du poignet, la frappe de la main…

Mais d’autres activités et facteurs peuvent en être à l’origine :

  • La répétition de gestes nocifs ;
  • L’absence de repos ou de récupération ;
  • Le travail en force et au froid ;
  • L’exposition à des vibrations ;
  • La pratique du tennis, d’où l’appellation “tennis elbow” ;
  • Le bricolage ;
  • De mauvaises conditions de travail ;
  • La consommation de tabac;
  • Certaines maladies (diabète, mauvaise circulation sanguine) qui contribuent à la fragilisation des tendons.

Comment soigner une épicondylite?

L’épicondylite peut s’avérer particulièrement douloureuse et ainsi avoir un impact important sur la vie quotidienne et professionnelle. Cependant, elle ne présente pas de risque particulier et guérit spontanément sur le long terme, entre 9 et 24 mois. Un traitement précoce permet toutefois d’accélérer cette guérison. Tout d’abord, il est nécessaire de stopper l’activité responsable de la pathologie, afin de reposer les tendons concernés.

Ainsi, lorsque l’épicondylite est reconnue comme maladie professionnelle, un arrêt de travail de 4 semaines pour un métier sédentaire — jusqu’à 11 semaines en cas de sollicitation importante du bras — est généralement suffisant. Mais selon les cas, d’autres solutions complémentaires peuvent être proposées :

  • La prescription d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène) et d’antalgiques (paracétamol), pour calmer la douleur ;
  • Des infiltrations de corticoïdes dans la zone douloureuse ;
  • Des exercices musculaires avec un kinésithérapeute ;
  • Le port d’une attelle adaptée : ce bracelet “anti-épicondylite” se place au-dessus du coude, permettant de mettre au repos le muscle. Si son utilisation peut être quotidienne, la coudière doit être retirée régulièrement pour éviter une compression veineuse.

Se faire opérer pour une épicondylite

En cas d’échec médicamenteux ou d’une épicondylite chronique de plus d’un an, une intervention chirurgicale peut être envisagée. Différentes méthodes peuvent être utilisées, visant à allonger le tendon ou modifier son insertion dans l’épicondyle. La durée de l’arrêt de travail dépendra alors des lésions associées, de la survenue ou non de complications, des possibilités d’adaptation…

Comment prévenir l’épicondylite ?

Certains gestes au travail comme au quotidien permettent d’éviter toute aggravation ou récidive de l’affection :

  • Boire de l’eau ;
  • S’échauffer avant tout travail nécessitant de la force ;
  • Garder le coude fléchi pendant l’effort ;
  • Éviter les mouvements saccadés ;
  • Alterner les tâches répétitives avec d’autres travaux ;
  • Placer les paumes vers le haut lors du port d’objets ;
  • Faire des pauses ;
  • Adapter et aménager au mieux son poste avec le médecin du travail.

Source: Lire L’Article Complet