Fausse couche : ensemble, levons les tabous sur cette épreuve ! (Tribune)

Après la prise de parole de Marlène Schiappa sur l’interruption de sa grossesse, un collectif composé de femmes de tous horizons a décidé de lever les tabous sur la fausse couche, de la prise en charge médicale au regard que porte la société sur toutes celles qui la traversent. Et avec le soutien de la Ministre. Femme Actuelle publie leur tribune.

Restez informée

Dimanche soir, l’émission Une ambition intime a fait le portrait de cinq femmes publiques engagées en politique. L’une d’elle s’est alors confiée sur une épreuve personnelle traversée récemment, et qui demeure encore tabou dans notre société. Cette femme, c’est Marlène Schiappa, Ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, en charge de la Citoyenneté. Elle a expliqué à Karine Le Marchand la raison qui l’avait poussée à retarder l’enregistrement de l’émission : elle était alors enceinte et a fait fausse couche.

Pour la première fois, une ministre en exercice a ainsi parlé publiquement de sa fausse couche. Comme l’ont fait d’autres femmes publiques dans d’autres pays du monde, de Michelle Obama à Meghan Markle ou encore Courtney Cox, c’est une manière de briser le tabou de la grossesse qui ne se mène pas à terme. Par sa prise de parole publique et digne, la ministre contribue à lever l’omerta qui existe encore en France sur ce sujet crucial de la vie des femmes.

Chaque année dans le monde, 15% à 20% des grossesses se terminent en fausse couche. Certains disent que cela concerne une Française sur 5 au cours de sa vie tant le phénomène est sous-évalué. Autrement dit, chaque année ce sont vingt-trois millions de femmes qui vivent un deuil personnel pour lequel l’écoute de la société et du monde médical demeure trop souvent inadaptée.

Mais dans la majorité des cas, on ne nous donnera que très peu d’éléments, nous laissant dans le brouillard de milliers de petites culpabilités –  » et si j’avais eu tort d’avoir fait ceci, d’avoir mangé cela, d’avoir vu une telle, d’avoir travaillé, d’avoir couru, d’avoir conduit ? « 

Trop souvent, les convenances nous obligent ensuite à vivre cette perte dans le silence. Nous devrions pourtant pouvoir en parler, mais aussi être comprises et soutenues, même au travail ! Comme souvent quand cela concerne la santé ou le corps des femmes, un lourd silence s’installe. Pourquoi prétendre être malade ? Il faut briser ces tabous, ne plus se charger de culpabilité, et réclamer ce qui est normal et indispensable à notre bien-être. Il s’agit de notre santé, de notre charge mentale, de notre légitimité, de la conciliation de notre vie personnelle, de notre vie sociale et de notre vie professionnelle.

Oui, nous, femmes qui avons vécu une ou des fausses couches, réclamons le droit de pouvoir le dire. Nous demandons à nos patrons, nos clients, nos collègues… empathie, compréhension et soutien face au temps dont nous avons besoin physiquement et émotionnellement. Aucune femme ne devrait avoir honte ou dissimuler la perte de son futur bébé. Nous ne voulons plus nous cacher.

Face à Karine Le Marchand, Marlène Schiappa a expliqué s’en être ouverte au Premier Ministre et au Ministre de l’Intérieur et avoir reçu un accueil très bienveillant de leur part. Puisque le Premier Ministre a su trouver les mots, tous les employeurs de France devraient pouvoir le faire également !

Nous disons à toutes les femmes, Ministre ou non, qu’elles sont légitimes à en parler et à le faire savoir, qu’il n’y a rien de honteux ou de coupable à cela, et qu’elles peuvent demander le soutien dont elles ont besoin pour faire leur deuil et traverser cette épreuve dans la solidarité.

Les signataires de cette tribune :

  • Alexandra Louis, députée des Bouches-du-Rhône
  • Amélie Challeat, mum/influenceuse etfondatrice de la marque solidaire « Allez l’amour »
  • Amélie Coulon, créatrice de la marque Tziganette
  • Anaïs Lunet , co-gérante d’un Tiers Lieux / Accompagne le changement
  • Angèle Cazes, ingénieure et productrice
  • Anissa Mekrabech, entrepreneure et créatrice du masque inclusif
  • Anne Pourbaix, entrepreneure et fondatrice de l’agence Api-RP
  • Ariane Bordier, comédienne, autrice et professeure de yoga
  • Armèle Portelli, artiste et enseignante
  • Assia Benziane, Maire adjointe aux Droits des Femmes
  • Audrey Lebeau-Livé, responsable associative
  • Aurelie Giot, mannequin « plus size »
  • Béatrice Knoepfler, directrice de communication éditoriale
  • Betty Van Aken, porteuse de la pétition « Pour que nos enfants ne disparaissent pas »
  • Catherine Hertault, présidente de l’association Sept Arts et Plus
  • Catherine Marchand, médecin généraliste et de prévention
  • Christel Niquille, entrepreneure et créatrice de Mum To Be Party
  • Chrysoula Zacharopoulou, députée européenne et médecin gynécologue
  • Claire Ferraci, organisatrice d’événements autour de la sexualité bienveillante et militante féministe LGBTQIA+
  • Cynthia Brown, chanteuse et coach sportive
  • Dalie Ella Torres, commerciale / Miss Ronde
  • Diaryatou Bah, fondatrice de l’association Espoirs et Combats des femmes contre l’excision et les violences faites aux femmes
  • Djamilla Schafter, présidente d’Entr’Elles & Eux
  • Elsa Wolinski, autrice, journaliste et créatrice de la marque solidaire Sisterhood by Wolinski
  • Fadila Mehal, présidente des Mariannes de la diversité
  • Fanta Beret, conseillère d’arrondissement, Paris 15ème
  • Fatima Massau , conseillère régionale des Hauts de France
  • Flora Coquerel, mannequin et présentatrice TV
  • Florence de Massol, conseillère d’arrondissement Paris 20ème
  • Goretty Ferreira, fondatrice de L’Agence pour l’Entreprenariat Féminin
  • Isabelle Duvert, consultante en marketing d’influence
  • Isabelle Gillette-Faye, sociologue experte et directrice générale du GAMS
  • Karen Prosnier, photographe et hôtesse de l’air
  • Khansaa Belkasseh, pharmacienne
  • Laure-Alice Bouvier, avocate
  • Laurie Cholewa, productrice, journaliste et animatrice
  • Marilyne Kairo, entrepreneure et fondatrice du site Securange
  • Mathilde Lemiesle, autrice de BD
  • Muriel Ighmouracène, autrice
  • Nathalie De Courcy, entrepreneure
  • Olivia Moore, humoriste et autrice
  • Ophélie Bourgeois, agricultrice et créatrice de contenu
  • Prescillia Amani, responsable communication de l’Association Égalité Ensemble
  • Rachel Kahn, actrice, écrivaine et juriste
  • Rachel Trapani, comédienne, animatrice TV et chroniqueuse
  • Ramata Kapo, présidente de l’association Excision Parlons-en
  • Sandrine Combettes, enseignante en dispositif ULIS
  • Sandrine Gaël Nkouoh, militante associative pour les droits des enfants
  • Sarah Izbornicki, marketing manager Netflix
  • Valérie Dupin, co-fondatrice de l’association Doulas de France
  • Veronique Cayol, gynécologue-obstétricienne, spécialisée en physiologie de la reproduction et autrice d’un mémoire sur les FCS à répétition
  • Violette Salanon, conseillère municipale de Villeneuve d’Ascq
  • Virginie Delalande, avocate et fondatrice de Handicapower

À lire aussi :

⋙ Fausse couche : « J’ai écrit une lettre à mon bébé pour lui dire au revoir »

⋙ Fausse couche : les symptômes qui doivent alerter

⋙ Fausse couche tardive : quelle prise en charge ?

Source: Lire L’Article Complet