01/30/2023
  • Bruno Granja porte depuis plusieurs années un projet de parc d’attractions autour du cinéma et des jeux vidéo, au domaine de Bayssan, à Béziers. Des attractions autour de licences célèbres (Dune, Les Lapins crétins…) doivent être créées.
  • Mais Kléber Mesquida (PS), le président du Département de l’Hérault, a indiqué qu’il ne soutenait plus le projet, estimant qu’il n’avait « pas de sens ».
  • Le projet de parc d’attractions, dont la concertation est achevée, est parfaitement ficelé, et en était à l’étape « de la cession foncière », se défend l’entrepreneur.

Pourra-t-on, un jour, se prendre pour un Lapin crétin ou affronter Godzilla, à Béziers (Hérault) ? Mardi, Kléber Mesquida (PS), le président du Département de l’Hérault, a mis en péril l’alléchant projet de parc d’attractions sur le cinéma et les jeux vidéo, Studios Occitanie Méditerranée, qui devait ouvrir ses portes en 2025, au domaine de Bayssan.

L’élu, dont la collectivité est majoritaire au sein du Syndicat mixte du domaine de Bayssan, propriétaire du site, a confié qu’il ne souhaitait plus le soutenir. « Au bout de ces quatre ans, rien n’a abouti, rien n’est présenté, a asséné le patron du Département, relate France Bleu Hérault. On nous dit « On va faire quelque chose autour du numérique ». Nous n’en connaissons pas la consistance, ça ne répond pas à nos attentes, et je doute qu’il y ait une faisabilité avérée sur cet aspect-là. Ce projet, pour moi, n’a pas de sens. »

« La surprise est totale »

Bruno Granja, qui porte le projet, avait pourtant assuré, ces derniers mois, que les choses bougeaient. Il avait annoncé qu’Ubisoft, puis Legendary (Dune, King Kong, Godzilla et Pacific Rim), mastodonte du cinéma hollywoodien, avaient donné donner leurs accords pour que des attractions du futur parc du domaine de Bayssan s’inspirent de leurs licences les plus célèbres. Alors, forcément, l’entrepreneur est un peu sonné, après les annonces de Kléber Mesquida. « Je l’ai appris par la presse », s’étonne Bruno Granja, qui note toutefois que « l’organe décisionnaire » est bien le Syndicat Mixte du Domaine de Bayssan, et pas directement le Département de l’Hérault. Même si « le Département en fait partie, évidemment ». Il est même majoritaire, aux deux tiers, environ.

« La surprise est totale, parce que le Département est parfaitement informé, assure l’entrepreneur. J’ai remis ce que j’avais à remettre. J’ai fait ce que j’avais à faire. J’ai respecté l’ensemble de mes engagements. » Bruno Granja espère, toutefois, que les choses s’arrangent, avec le Département. « Nous allons discuter, confie-t-il. C’est un projet soutenu populairement. » Le projet, dont la concertation est achevée, est parfaitement ficelé, et en était à l’étape « de la cession foncière », assure l’entrepreneur.

« Ce sera dommage, pour le département de l’Hérault »

« Ce que j’espère, c’est que ce projet sorte de terre, c’est un véritable atout pour le sud de la France. J’y crois, j’irai jusqu’au bout. » Bruno Granja n’en est pas, encore, à chercher d’autres terrains susceptibles d’accueillir ce parc. « Mais si d’autres options doivent se présenter, elles se présenteront. Ce sera dommage, pour le département de l’Hérault. »

De son côté, la commune de Béziers, dont le maire, Robert Ménard (divers droite), est à fond derrière ce projet, se dit consternée. « Monsieur Mesquida décide, tout seul, d’enterrer le projet ambitieux et passionnant d’un grand parc autour du cinéma et des jeux vidéo », déplore la ville, qui précise que « cela n’a pas coûté un centime au contribuable ». La mairie assure que les contrats de licences et le montage financier ont bien été communiqués aux parties prenantes. « Cette affaire sent la mauvaise politique, la vieille politique, elle a l’odeur de la rancœur, elle a l’apparence triste du vieux monde (…) Certes, ce beau projet, notamment à cause de la pandémie, a pris du retard, mais il est porteur de grands espoirs pour l’économie de notre territoire et pour notre jeunesse. »

Source: Lire L’Article Complet