Histoires d’info. Les beaux perdants : Sugar Man (Sixto Rodriguez), le chanteur qui est passé à côté de son succès

Sugar Man, c’est aussi le titre de son grand succès, un succès ailleurs puisqu’en Amérique il ne rencontre pas son public, comme on dit pudiquement pour évoquer un bide. Mais ailleurs on se l’arrache. Ailleurs, c’est dans l’Afrique du Sud de l’apartheid coupée du monde où des copies pirates s’échangent et où Sixto Rodriguez est un mythe dont on ne sait rien mais qui alimente, avec d’autres, un rejet de l’apartheid dans la jeunesse blanche qui aime les paroles politiques des chansons de Sixto Rodriguez.

Avec la fin de l’apartheid et les débuts d’internet, l’Afrique du Sud découvre avec stupeur que le chanteur est vivant, qu’il a arrêté la musique, qu’il est ouvrier-maçon chez lui à Detroit. À la fin des années 1990, le chanteur se produit en Afrique du Sud avant d’être découvert plus tard par le monde entier, plus tard…trop tard.

Source: Lire L’Article Complet