Il Palazzo Experimental ou notre nouvel hôtel préféré à Venise

Au bord de la lagune, face au ballet de gondoles et de palazzi au baroque triomphant, Il Palazzo Experimental vient tout juste d’ouvrir ses portes. Visite guidée.

"Voir et Venise et mourir" dit-on. Et si certains prétendent qu'il s'agit en réalité de Naples ou même de Rome, on ne peut nier l'évidente beauté de la ville. Au beau milieu de l'eau, on la sillonne à bord de taxi riva et de gondoles, étourdit par la grandeurs de ses palazzi colorés, des églises baroques, des dômes, des places iconiques, des ponts plus charmants les uns que l'autres… Et c'est au beau milieu de cette carte postale vénitienne, que l'Experimental Group vient de dévoiler un nouvel hôtel. Déjà aux commandes d'un florilège de restaurants (dont Balagan) d'Henrietta à Londres, de l'Experimental Chalet à Verbier et du plus récent Menorca Experimental à Minorque, le groupe inaugure, cet automne, Il Palazzo Experimental dans la cité des Doges.

L'hôtel Il Palazzo Experimental à Venise

© Karel Balas

Faisant une nouvelle fois appel, pour la déco, à leur acolyte de toujours, Dorothée Meilichzon, les visiteurs y pose leur valise dans un palais revampé avec modernité, qui réinvente les codes locaux sans jamais tomber dans la nostalgie. L'occasion d'en apprendre un peu plus avec son architecte d'intérieur. Rencontre.

Pourquoi Venise?
Dorothée Meilichzon: Au départ, le group Experimental cherchait à Milan. Il n'y avait pas grand chose de disponible, mais leur agent leur a parlé d'un palazzo, vieux de 20 ans, à Venise, qui pouvait être transformé en hôtel. Comme l'hôtellerie s'y renouvelle peu, c'était une opportunité intéressante.

© Karel Balas

Quelle est l'histoire du lieu?
C'était l'hôtel particulier de Giovanni Stucky, un entrepreneur suisse qui a beaucoup œuvré pour Venise. Puis dans les années 50, l'Adriatica, une grosse compagnie maritime italienne,y a installé son siège social avant de faire faillite. On a d'ailleurs conservé leur grand ponton dehors. C'est pratiquement le seul endroit dans la ville où l'on peut amarrer de grands bateaux.

© Karel Balas

L'inspiration?
La première idée était d'imaginer un lieu pour deux types de clientèle. Une première qui ne serait jamais venue à Venise et qui n'y viendrait peut être qu'une fois dans sa vie, pour un voyage de noces par exemple. Et qui devait retrouver une certaine culture vénitienne. Et en même temps, une autre clientèle qui va à Venise une fois par an pour la Biennale, les salons, la Mostra… Et qui attend d'autres propositions qu'un palais classique figé dans le temps. Nous avons donc ramené de la modernité tout en jouant sur les codes de la ville.

© Karel Balas

Quels sont ses matières et ses couleurs?
Nous sommes restés fidèles au savoir-faire, aux formes et aux matériaux de Venise. On retrouve ainsi, au sol, du terrazzo inventé par Carlo Scarpa, des murs Marmorino, des meubles en bois laqué dans les salles de bain, ce qui se fait beaucoup à Venise. Seul le marbre provient de Toscane, comme il n'y a pas de carrières.

© Karel Balas

Et pour les couleurs, on a beaucoup joué sur les rayures, clin d’œil aux tenues des gondoliers. On les retrouve sur les tables de nuit, sur les moquettes dans les ascenseurs, sur les coussins du restaurant… Sans être trop premier degré. On s'est aussi inspiré des couleurs de la lagune. L'eau de Venise est assez mystérieuse. Personne ne peut l'expliquer. Elle peut être vert d'eau, vert foncé… Puis on s'est également inspiré des teintes bordeaux et jaunes des façades des palais de la ville. Cette palette chaude/froide est intéressante.

© Karel Balas

On retrouve des livres dédiés à la ville un peu partout dans l'hôtel, comment les avez-vous sélectionné?
Il y a une librairie à Venise qui s'appelle La Toletta où nous avons acheté la plupart des livres du rez-de-chaussé, dédiés à l'histoire de Venise, allant de recettes de cuisine à l'histoire de Casanova. On retrouve aussi Domus, le magazine lancé par Gio Ponti et beaucoup de livres de chez Taschen dans les chambres. Venise est une ville assez contemplative, on peut y prendre le temps d'y lire.

© Karel Balas

A quoi ressemble une journée type?
Avec un peu chance, on arrive à l'hôtel en motoscafo, ces petits bateaux en bois à travers la lagune. En ce moment, comme c'est la Biennale, je recommande d'aller visiter la Ca' d'Oro, un exemple typique d'architecture gothique fleurie, où la Carpenters expose. Sinon la Fondation Prada est chouette, tout comme le Palazzo Fortuny. A l'heure du déjeuner, je conseille l'Osteria Da Codroma, un restaurant typique de la ville tourné vers la mer. L'après-midi on peut se balader, faire la sieste où se rendre en bateau à Burano, une petite ville de pêcheurs colorée où l'on fabrique encore de la dentelle. Le soir, il faut goûter le negroni revisité au bar, accompagné de cicchetti et dîner de pâtes fraîches au restaurant de l'hôtel. Puis un petit spritz piazza Santa Margarita et après il faut finir au Piccolo Mundo, le plus petit club de Venise.

© Karel Balas

La BO?
De la musique classique joyeuse, comme Funiculi Funicula.

Qui rêveriez-vous d'y voir poser ses valises?
Un petit couple d’américains en voyage de noces.

Il Palazzo Experimental à Venise

© Karel Balas


Source: Lire L’Article Complet