Le sexe, nouveau pilier du bien-être

On connaissait le « Summer of Love » des sixties, il faudra désormais ajouter dans l’histoire de la révolution sexuelle le « Hot Vax Summer » de 2021. C’est en tout cas ce qu’affirmait une étude de l’Ifop pour CAM4 et Hot Vidéo, publiée en juin dernier.

À l’approche du deuxième été post-Covid, 37% des célibataires y déclaraient être plus ouverts sexuellement, mais sans pour autant vouloir enchaîner les conquêtes. Du qualitatif plus que du quantitatif donc. Des plaisirs charnels, oui, mais dans une quête globale de bien-être.

De la sphère privée, notre sexualité s’est invitée dans le débat public, se positionnant comme l’un des leviers d’épanouissement personnel au même titre qu’une alimentation équilibrée ou que la pratique du yoga. S’adonner au missionnaire serait-il aussi bénéfique que de réaliser le chien tête en bas ? Tenter l’union de la tortue (prière de se référer à son édition du Kamasutra ou de faire une recherche sur Google Images) ferait-il autant de bien que de se coucher tôt ? 

Le sexe, tout le monde en parle

C’est en tout cas ce que laissent penser des sites tel le très influent Goop, fondé par la papesse du feel good, l’actrice Gwyneth Paltrow, qui a choisi d’intégrer ses sujets Sexual Health dans l’onglet Wellness. On y évoque les vibromasseurs et la masturbation, comme la digestion et la fertilité.

Source: Lire L’Article Complet