L’hypnose, efficace contre les insomnies et les addictions

On entre plusieurs fois par jour dans un état d’hypnose sans même s’en rendre compte ! Par exemple lorsqu’on part dans nos pensées, qu’on regarde défiler le paysage dans le train ou qu’on commence à s’endormir.

Restez informée

Dans cet état de relaxation profonde, entre éveil et sommeil, notre façon de percevoir les choses change et notre cerveau se montre plus réceptif à la suggestion. Grâce à cet accès direct à l’inconscient, il va puiser dans ses ressources pour résoudre un problème ou atteindre un objectif : se détendre, arrêter de fumer, prendre confiance en soi…

Fini les nuits blanches

Quand on souffre d’insomnies, l’hypnose modère le stress et les ruminations qui empêchent de s’endormir, et facilite la coupure avec les stimuli extérieurs (bruits, lumières) qui nous éloignent des bras de Morphée. Via la suggestion, elle peut aussi atténuer les pensées négatives qui entretiennent l’insomnie (« Je vais encore passer une nuit blanche ! »). D’après plusieurs études, écouter un texte d’hypnose a permis d’abréger le temps d’endormissement.

L’esprit libéré

« L’hypnose peut aussi être un outil de traitement intéressant en psychothérapie », ajoute le Dr François Bourgognon, psychiatre psychothérapeute. On y a notamment recours pour traiter les addictions ou les phobies, car elle permet de développer de nouveaux automatismes et connexions dans notre cerveau.

Hypnose : comment s’y mettre ?

On se lance grâce à des séances audio sur YouTube ou des applis (Hypnose-Détente, Possible, Pas de panique !, Deep Belief), à écouter le soir dans son lit, dans les transports (mais jamais au volant)… On se laisse porter par la voix d’un hypnothérapeute, qui encourage la détente puis, selon le thème choisi, émet des suggestions. Il faut écouter plusieurs fois la même séance car la répétition fait émerger des solutions et nous aide à modifier nos comportements.

Pour une phobie ou une addiction, le mieux reste de réserver quelques séances avec un praticien, qui pourra fournir un contenu audio plus personnalisé (selon nos habitudes, notre passé, etc.) à écouter à la maison.

Merci au Dr François Bourgognon, psychiatre psychothérapeute à Nancy, directeur de l’institut Mindful-France, coauteur avec le Dr Claude Penet de « La Thérapie d’acceptation et d’engagement » (éd. Que sais-je ?).

A lire aussi :

⋙ Hypnose : une méthode pour parler aux défunts et apaiser les souffrances du deuil

⋙ Nausées matinales, stress : comment soulager les maux de la grossesse grâce à l’hypnose

⋙ Ne jamais se réveiller, être manipulé… 6 idées reçues sur l’hypnose qu’il faut oublier

Source: Lire L’Article Complet