Parcoprésie : d’où vient la honte de faire caca ?

Peur d’aller faire caca chez un ami qui vous héberge, honte d’aller aux toilettes dans un restaurant ou au travail, ou encore difficulté d’aller à la selle en voyage… Sans le savoir, vous souffrez peut-être de parcoprésie ! Découvrez ce qu’est ce trouble, et les risques associés.

Restez informée

Dès que vous n’êtes pas chez vous, en voyage ou en déplacement, la simple idée de devoir aller à la selle dans des toilettes qui ne sont pas les vôtres, où à proximité d’autres personnes, vous angoisse ? Peut-être, souffrez-vous de parcoprésie, qui désigne le fait d’être gêné, voire d’avoir honte, d’aller à la selle dans un endroit qui ne vous est pas familier…

Qu’est-ce que la parcoprésie, ou la phobie d’aller à la selle ailleurs que chez soi ?

Si de nombreuses personnes se refusent de “faire caca” sur leur lieu de travail, d’autres sont bien plus radicales et n’envisagent pas d’aller à la selle ailleurs que chez eux. Ce qui peut se révéler bien problématique lorsqu’ils sont en voyage, ou chez des proches et qu’ils ont une envie pressante…

Comme la paruresie, aussi appelée “syndrome de la vessie timide”, qui désigne l’incapacité d’une personne à uriner dans un lieu public ou s’il y a des gens à proximité, la parcoprésie peut se révéler handicapant, voire dangereux dans certaines situations.

S’empêcher d’aller aux toilettes : quelles conséquences sur la santé ?

En effet, s’empêcher d’aller aux toilettes peut entraîner des complications qui ne sont pas sans danger pour la santé. Ne pas uriner régulièrement va notamment favoriser la stagnation des urines dans la vessie, et offrir un lieu idéal pour la prolifération des microbes. Ce qui peut entraîner à termes, des infections urinaires, comme des cystites à répétition.

Quant aux selles, sauf en cas de constipation chronique, le corps est bien fait : le rectum reçoit les selles et envoie un signal au cerveau en lui indiquant qu’il est temps d’aller aux toilettes.

Mais dans le cas d’une parcoprésie, le cerveau a beau recevoir ce message qui lui indique qu’une défécation est imminente, la phobie d’aller aux toilettes ailleurs que chez soi prend le dessus et entraîne l’incapacité à aller à la selle, même si cela devient urgent…

Se retenir peut donc, provoquer “un embouteillage” dans le système digestif et mener à des troubles de la digestion (crampes, douleurs dans le bas ventre…). De plus, “conserver” vos selles longtemps va les durcir, et encourager les problèmes de constipation, le processus de défécation pourra se révéler très douloureux et entraîner des saignements.

Parcoprésie ; d’où vient cette honte de faire caca ?

Plusieurs études sur le sujet ont déjà démontré que les femmes étaient plus à même de souffrir de parcoprésie que les hommes, qui sont en revanche davantage touchés par la parurésie.

D’après une étude publiée dans la revue Current Psychology, ce trouble de la défécation serait bien un trouble psychologique.

La parurésie ainsi que la parcoprésie ont été reconnus comme un trouble d’anxiété sociale, comme le précise Kenley L. J. Kuoch, du Département de sciences psychologiques de l’Université de technologie Swinburne, en Australie.

Les auteurs ont pu observer sur un panel de 316 volontaires, que cette difficulté à aller aux toilettes pouvait être associée à “une peur de l’évaluation”, et à des “préoccupations de représailles sociales”, que l’on retrouve dans l’anxiété sociale.

D’autres recherches sont nécessaires afin de déterminer l’impact de ces facteurs sur les symptômes de la parurésie et de la parcoprésie, mais pour traiter ce type de trouble, une prise en charge au niveau de l’anxiété pourrait être une première piste…

Source: Lire L’Article Complet