Playlist : les nouveautés musicales aimées par la rédaction en septembre

Angel Olsen, Lola Kirke, Lucy Dacus, ou Lors Esperanza, ont tourné en boucle sur nos platines.

Pour affronter la rentrée, une playlist solide est indispensable. Durant le mois de septembre 2019, la rédaction de Marieclaire.fr a notamment pu compter sur l’hypnotisant duo formé par Lord Esperanza et Yseult le temps d’un duo addictif, Laisse aller, la reprise catchy de Dancing in the dark par la prodige Lucy Dacus ou encore, l’épopée sensible qu’est Lark, nouveau single impressionnant d’Angel Olsen. 

Avec Lark, la grande Angel Olsen signe, à mon sens, le plus beau morceau de cette rentrée. Six minutes de rock progressif offrant des envolées orchestrales sublimes, qui collent des frissons. Une ode à l’amour qui part en miettes, et que la chanteuse américaine de 32 ans tente de recoller, avec une sensibilité brûlante.

Avec ce titre élévateur et plein de surprises, Angel Olsen s’inscrit dans les pas du culte Running Up That Hill de Kate Bush, tout en ayant une voix singulière et puissante. On a envie d’écouter Lark dans le noir et oublier le reste. Prenez aussi le temps de regarder le clip, épopée songeuse composée d’une suite de fuites et tableaux oniriques. Et un mot d’ordre : “Dream on/Dream on”, “Rêve/Rêve”. 

Il s’agit du deuxième single extrait de All Mirrors, son 4e album studio, indispensable, disponible chez Jagjagwuar depuis le 4 octobre. Foncez voir Angel Olsen à la Cigale à Paris le 8 février 2020.

Morgane Giuliani, Cheffe de rubrique société et culture à Marieclaire.fr 

Lucy Dacus dépoussière un des plus gros succès du Boss. Définitivement moins rock, la chanteuse folk redonne une douceur éthérée à ce titre des années 80. L’américaine se lance dans une série de reprises, cet automne, et nous entraîne dans sa nostalgie bien de saison. À fredonner en dansant dans les feuilles mortes.

Marion Surateau, stagiaire psycho/bien-être à Marieclaire.fr 

View this post on Instagram

@angele_vl j’ai essayé de finir 🌍💚

A post shared by SYMON 🎤 (@symon.music) on

Pour être honnête, je n’écoute régulièrement ni l’un ni l’autre. Le premier vient de sortir son album au beau milieu d’une offre rap francophone en feu, et l’autre est restée mon coup de coeur de la Nouvelle Star 2013, sans que j’aille plus loin. Quelle erreur, et surtout quelle femme, cette Yseult ! Elle ajoute à ce titre formaté pour les dancefloors une touche sensuelle et hypnotisante. Cet heureux hasard d’une playlist en lecture automatique sur lequel je me “laisse aller” comme une fan assidue.

Maëlys Peiteado, journaliste et community manager sur Marieclaire.fr

L’elfe puissant et inventif de l’électro indépendante frappe à nouveau fort avec Violence, son titre le plus dansant et accessible depuis le début de sa carrière. Dans la lignée des addictifs Oblivion, Butterfly ou California, qui ont fait la renommée de la compositrice et chanteuse canadienne originaire de Vancouver.

L’éternelle bosseuse en solo Grimes s’offre cette fois une collaboration avec le DJ i_o, et ça donne envie de chausser ses plus beaux habits fluo pour éclairer les nuits les plus sombres de l’hiver. À écouter en boucle en se prenant pour une popstar.

Le clip, qui conjugue dureté électro flirtant avec la douce mythologie de déesses modernes a été réalisé par l’artiste, et produit par un de ses frères, Mac Boucher, qui collabore régulièrement avec elle.

Morgane Giuliani, Cheffe de rubrique société et culture à Marieclaire.fr 

Avec son album Friends and Foes and Friends Again, sorti le 13 septembre, Lola Kirke sort la country du placard. Shoulda cheated chante le regret de ne pas avoir trompé son ex, et s’intègre parfaitement à cet album de ballades douces-amères, teintées de féminisme et d’incitation à l’amour de soi. La soeur de l’actrice Jemima Kirke montre qu’elle n’a pas fini de dé-ringardiser la country music.

Marion Surateau, stagiaire psycho/bien-être à Marieclaire.fr 

Il fallait que ça arrive. Le grand Oxmo Puccino a ENFIN eu le droit à sa session dans le studio berlinois Colors Show. Ce dernier sublime des titres d’artistes plus ou moins connus en versions minimalistes, hyper esthétiques.

Parfaite manière de promouvoir son nouvel album La Nuit du Réveil, sorti le 6 septembre dernier, “Le droit de chanter” est une douceur dont le roi du 19ème arrondissement de Paris connait la recette : des mots tristes, toujours si justes, qui balaient les sujets phares animant encore l’artiste. Paternité, sexisme et homophobie… Oxmo revendique sa sensibilité sur quelques accords de guitare et d’une trompette rare et lascive. Laissons-le donc chanter à jamais, car “guérir les âmes” est son “ambition”.

Maëlys Peiteado, journaliste et community manager sur Marieclaire.fr

 

Retour gagnant pour la malicieuse Anna of the North. Avec Dream Girl, Anna Lotterud, de son vrai nom, continue à explorer les travers d’un coeur amoureux et un peu aveugle, avec la verve qui avait marqué son premier album, l’éthéré Lovers (2017). Un premier disque où il était question d’un chagrin d’amour terrassant, et la colère qui peut l’accompagner.

Mais avec Dream Girl et le précédent single, Leaning on Myself, il est cette fois question, pour la chanteuse norvégienne, de faire pousser ses propres ailes, et même, des petites oreilles d’elfe qu’elle arbore dans les deux clips : “J’aime plutôt bien la fille que je suis devenue/Depuis que tu es parti/Mais voilà que je te rappelle à 3 heures du matin/Pour te parler à nouveau”, s’étonne Anna of the North, sur un air guilleret. 

Son deuxième album, également nommé Dream Girl, sortira le 25 octobre chez PIAS. 

Morgane Giuliani, Cheffe de rubrique société et culture à Marieclaire.fr 

Un retour en grâce pour les plus sensibles des indie rockeurs français. Après quatre années discrètes, Éric Javelle (chant, guitare) et Julien Lardé (guitare), les deux membres restants du trio que fut Baden Baden, sont revenus en septembre 2019 avec le très beau Beach, qui rentre dans la tête après une seule écoute. 

Un synthé rasant, une boucle de guitare savamment mélancolique et une batterie apaisée accompagnent les premiers accords et tapissent la base de ce morceau aussi émouvant qu’entêtant. Le genre de complainte amoureuse qu’on se répète à l’infini : “Les souvenirs qui reviennent/Sont souvent les pires/Tout le corps en rappel/Les idées nouvelles/L’air est rare sans toi”. 

Mais pas d’auto-apitoiement. Comme souvent avec Baden Baden, la mélodie reprend des forces vers le milieu du morceau et apporte un souffle salvateur. Ici, des guitares qui s’éveillent, et des harmonies vocales qui se rejoignent comme de nouvelles respirations. Évidemment. 

Beach annonce leur nouvel album, La Nuit Devant, sorti le 4 octobre 2019, digne successeur de l’émouvant Mille éclairs (2015). Baden Baden se produiront à la Maroquinerie (Paris) le 27 février 2020. 

Morgane Giuliani, Cheffe de rubrique société et culture à Marieclaire.fr 

Source: Lire L’Article Complet