Pétitions contre le masque à 6 ans : l’école peut refuser un enfant

Sur internet et au portail des écoles, la résistance s’organise contre le masque dès 6 ans. Quelles sont les craintes de ces parents qui s’y opposent et lancent des pétitions ? Mais surtout, quelle est la position des médecins sur cette question ? Réponses.

Plusieurs pétitions ont été lancées et ont déjà recueillies plusieurs dizaines de milliers de signatures. Sur le groupe Facebook “Nous ne masquerons pas nos enfants”, les témoignages de parents en colère se multiplient. “Je dis non au masque à l’école, laissez nos enfants respirer et libres, et ne les étouffez pas avec ces masques qui ne servent à rien“, s’indigne une maman. “L’enfant a une grande capacité de résilience… Est-ce une raison de lui faire accepter tout et n’importe quoi ? Notamment bafouer ses droits ?!“, interroge un papa. Parmi les arguments avancés par ces parents, le risque d’effets secondaires délétères pour la santé physique et mentale de leurs enfants.

Non, le masque n’est pas dangereux pour les enfants, assurent les médecins

Des arguments pourtant battus en brèche par de nombreux médecins, à commencer par le professeur Yves Buisson, épidémiologiste et président la cellule de veille scientifique sur le Covid-19 à l’Académie nationale de médecine. “Comme pour les adultes, tout cela ne repose sur rien d’un point de vue scientifique. (…) L’air expiré est certes plus riche en CO2, mais ces particules passent à travers le masque, tout comme l’oxygène qui parvient très bien aux poumons. Le masque ne change rien à la qualité des échanges gazeux., a-t-il expliqué à Franceinfo. Pour la secrétaire générale de la Société française de pédiatrie, le Dr Christèle Gras-Le Guen, le danger est ailleurs : dans le fait de priver les enfants d’école. “Le port du masque dès 6 ans ne nous inspire aucune inquiétude pour la santé somatique ou la respiration. En revanche, on sait que le fait de continuer à aller à l’école sera extrêmement bénéfique pour leur santé psychique, et pour combler leur besoin d’avoir une vie d’enfant.”, a-t-elle détaillé, toujours sur Franceinfo. Des explications qui n’ont guère convaincues. Si certains ont tenté le tout pour le tout en envoyant leur enfant à l’école sans masque avec lettre, pétition ou courrier d’avocat à l’appui, d’autres ont fait un choix radical : la déscolarisation. S’ils sont encore peu nombreux, les prises de position et appels à la grève se multiplient.

  • Masque à l'école : obligatoire dès 6 ans ou au CP ? Et dans la rue ?

    Le masque est obligatoire dès 6 ans depuis la rentrée du 2 novembre. Un enfant de 6 ans scolarisé en grande section de maternelle doit-il alors le porter ? Le masque est-il obligatoire pour les petits en dehors de l'école ? Les réponses à vos questions.

L’école peut refuser l’accès à l’école aux enfants non masqués

Newsletter

Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l’envoi de votre newsletter.

Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, à des fins de ciblage publicitaire.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Voir un exemple

Mais quelle est la marge de manœuvre légale de ces parents ? L’école peut-elle refuser l’accès l’école à ces enfants s’ils se présentent devant l’établissement non masqués ? Francetvinfo révèle qu’une fiche juridique va être communiquée aux personnels de direction des établissements scolaire afin de leur permettre de disposer de tous les éléments juridiques pour statuer sur ces situations épineuses. Une fiche qui “confirme que le directeur d’école comme le chef d’établissement peuvent refuser l’accès de l’établissement à un élève qui ne porterait pas le masque”, tranche le ministère de l’Education nationale qui précise qu’un masque doit être proposé à l’enfant et “que ce dernier ne peut être laissé seul sur la voie publique”. Face à un “refus explicite” de l’enfant ou de ses représentants légaux, “l’accès à l’établissement devra être interdit à l’élève”, ajoute le ministère. 

Source: Lire L’Article Complet