Quand Valérie Trierweiler était accusée de “multiplier les liaisons” avec des hommes politiques

En octobre 2011, une note circule dans les rédactions concernant Valérie Trierweiler. La compagne de François Hollande est accusée de « multiplier les liaisons » avec les hommes politiques.

S’il coule des jours paisibles auprès de sa compagne Julie Gayet, François Hollande a également été connu au bras d’autres femmes à l’instar de Ségolène Royal et Valérie Trierweiler. Et la dernière, probablement la plus rebelle des Premières dames, est restée gravée dans les mémoires de chacun. En octobre 2011, alors que l’ancien président de la République est en campagne pour la présidentielle de 2012, une note, provenant apparement des renseignements généraux, se met à circuler dans les rédactions. Celle-ci laissait entendre que Valérie Trierweiler « avait multiplié les liaisons dans la classe politique« , apprend-on de la bouche de Denis Demonpion, dans le documentaire Dans l’enfer des campagnes présidentielles, ce lundi 10 janvier sur BFMTV.

« C’était vraiment assez abjecte déjà, sur un plan moral, et puis ça n’avait rien à faire avec la politique« , estime le journaliste. François Hollande, lui, interprète immédiatement cette rumeur comme une manoeuvre de son adversaire pour le déstabiliser. « Si c’était vrai ça me choquerait profondément puisque ça voudrait dire qu’il y aurait une dérive de plus dans le fonctionnement de la République« , avait fait savoir le chef d’État. Et la note pourrait en effet s’avérer être « un faux grossier ». Car en plus de ne pas bénéficier de numéro d’immatriculation, elle fait état d’une biographique de Valérie Trierweiler qui reprend mot pour mot celle de Wikipédia.

>> Découvrez le diaporama : « L’évolution physique de Valérie Trierweiler »

Qui est derrière cette rumeur ?

Mais qui est derrière cette note ? S’agit-il d’une stratégie tout droit sortie de la cellule de riposte de Nicolas Sarkozy son adversaire ? Les deux têtes pensantes de cette dernière, Brice Hortefeux et Guillaume Peltier assurent ne pas être responsables d’une telle idée de manipulation. « Il y a une chose que Nicolas Sarkozy déteste par dessus tout c’est précisément les attaques personnelles familiales, donc si ça avait le cas, il l’aurait immédiatement arrêté« , relate le premier.

Une relation présumée qui coûte cher

Quelques années après, c’est le livre La Frondeuse des journalistes Alix Bouilhaguet et Christophe Jakubuszyn, publié aux Editions du Moment, qui évoque une ancienne relation de Valérie Trierweiler, ex-journaliste à Paris Match, et Patrick Devedjian, député des Hauts-de-Seine. Celle qui partage désormais sa vie avec Romain Magellan a obtenu la condamnation des auteurs et éditeur à lui verser 10 000 euros de dommages et intérêts pour atteinte à sa vie privée.

Crédits photos : AGENCE / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet