Rencontre avec le studio de design Les Résilientes à l’occasion de sa nouvelle collaboration avec Made.com

En septembre dernier, lors de la Paris Design Week, Made.com annonçait sa nouvelle collaboration avec le studio de design Emmaüs Alternatives Les Résilientes. Présentée un an plus tôt, leur première collection inventive, et ingénieusement baptisée Encore, se composait de quinze nouvelles pièces toutes issues d’anciens produits de la marque. En 2022, le duo récidive donc l’expérience pour prouver au grand public qu’il est urgent que l’univers de l’ameublement s’inscrive pleinement, et ce sur le long terme, dans cette démarche durable et responsable.

En collaborant avec un acteur du secteur de la seconde main comme Emmaüs, Made.com ne répond pas seulement à une demande grandissante d’écoresponsabilité dans la sphère design, et par extension au coeur des habitats français, l’enseigne replace l’Humain et la solidarité au cœur du processus créatif. Le travail mené en coulisses par l’équipe du studio de design Les Résilientes apporte une expertise double et passionnante. D’un côté, ce studio excelle dans l’art de la réparation en pratiquant le principe du Kintsugi, une technique ancestrale consistant à réparer un objet en soulignant ses lignes de faille au lieu de chercher à les masquer. De l’autre, designers et salariés en insertion mettent à profit leur savoir-faire afin de créer de nouveaux objets dédiés à l’habitat à partir de matériaux issus d’anciens produits Made.com. Un engagement décrypté par Maxence de Larocque, designer au sein du studio de design Emmaüs Alternatives Les Résilientes.

  • 10 marques design et écolo à connaître
  • Design et recyclage : un duo qui fait bon ménage

Marie Claire Maison : Comment est né le projet de ce studio de design dédié au sein de la structure Emmaüs ?

Maxence de Larocque : Eugénie de Larivière est à l’initiative de ce projet qui a vu le jour en 2016. C’est un studio de design qui fonctionne comme un studio design classique mais avec un objectif doublement particulier. Le point de départ de cette entreprise solidaire c’est d’envisager le design comme un vecteur de réinsertion professionnelle et les dons réalisés par des entreprises ou des particuliers à Emmaüs Alternatives comme des supports de création pour un design plus responsable. Ce studio dispose de deux antennes, une située dans le XII ème arrondissement de Paris et une seconde à Montreuil. 

Quel est le fonctionnement au quotidien des Résilientes ?

Installés rue Leopold Bellan, nous sommes une petite équipe de six salariés en réinsertion, encadrée par deux designers. Comme dans un studio de design classique, il s’agit à travers cette aventure de monter des projets créatifs à partir, non seulement des dons d’objets et de mobilier, mais également des savoir-faire de nos salariés. Certains d’entre eux sont par exemple issus des métiers du textile, et l’idée pour nous c’est de déceler ces compétences précises pour élaborer de nouveaux objets à partir de ces qualités. Notre travail en tant que designer est de les accompagner, de les guider pour recréer ensemble de nouveaux objets et meubles capables de venir meubler et décorer par la suite les espaces Emmaüs comme des entreprises ou revendus directement en boutique au 13 rue Leopold Bellan.

Comment se déroulent les partenariats avec les entreprises qui vous sollicitent?

Nous apportons des réponses sur-mesure à nos partenaires. Les propositions sont vraiment adaptées en fonction des apports de matériaux qu’ils nous proposentNous sommes obligés de nous réinventer en permanence selon les demandes, le cahier des charges et le type de service que désirent nos partenaires. Le partenariat avec Made.com c’est développer en trois axes essentiellement, à savoir : réceptionner les pièces en bon état et les répartir dans les différents points de vente Emmaüs, récupérer les pièces endommagées pour les revaloriser et les utiliser ensuite pour aménager les espaces Emmaüs ou accueillir les pièces en très mauvais état et défectueuses dans le but de les retravailler totalement, les décomposer et en faire de nouvelles pièces. 

C’est Made.com qui vous a contacté en premier pour cette collaboration?

Comme de plus en plus d’entreprises, Made a commencé par nous faire dons de ses produits exposés en showroom ou des produits endommagés suite à des problèmes de logistique. Un constat s’est très vite imposé à eux : tous ces meubles et objets disposaient d’une matière première incroyable ! Ils n’avaient pas envie de les jeter sous prétexte d’une simple rayure ou autres. Le défi d’une « Saison 1 Les Résilientes x Made.com » a été lancé, il fallait pour nous exploiter les matières issues de ces produits, développer les compétences du studio, dessiner et proposer des choses à la marque. 

Quel était le mot d’ordre de cette première collaboration, mais aussi son fonctionnement et les difficultés rencontrées ?

Pour cette première collaboration baptisée « Encore », on s’est concentré sur un produit clé, à savoir le tapis, en se demandant qu’est ce que l’on pouvait réaliser à partir de plusieurs tapis endommagés. Le textile étant la spécialité de notre atelier. A partir des résidus de ces tapis, un pouf, un miroir et un luminaire ont pris vie. Ces nouvelles pièces ont été exposées et mises aux enchères au showroom Made.com. afin de sensibiliser le grand public à cette question du design durable. Les bénéfices ont été reversés à la fondation Emmaüs

Comment avez-vous envisagé cette saison 2  ? 

Pour la saison 2, on a tenté de réfléchir autrement en privilégiant un processus inverse. Les lampes ont été notre point de départ cette fois-ci. Elles comportent un tas de pièces donc de matériaux différents (métal, laiton, marbre) ce qui est passionnant. On a travaillé sur une autre typologie d’objet en changeant totalement la fonction initiale du premier produit puisque la lampe est devenue pour ce second projet une assise !

Croquis du tabouret imaginé par le studio de design les Résilientes

Ce tabouret issu des anciens produits Made.com sera présenté en avril au Salon du meuble de Milan. Il a nécessité un temps de recherche beaucoup plus conséquent avec la création de plusieurs prototypes et un travail important sur la re-création de matériau. Car le tabouret en question est rembourré de métisse, une matière conçue à partir de textiles récupérés contenant du coton, du jean et du tissu synthétique. C’était une nécessité de pousser cette démarche d’un réemploi responsable jusqu’au bout pour nous en interne.

La seconde vie et le design responsable sont des mots qui semblent entrer de plus en plus dans le vocabulaire courant de la sphère créative et design, si le grand public semble de plus en plus enclin à s’y intéresser, il n’est pas toujours une évidence et une nécessité pour lui. Comment convaincre l’autre que le beau n’est pas nécessairement le neuf, qu’il y a urgence à revoir sa manière de se meubler/consommer ?

Le grand public est de plus en plus intéressé par sa façon de mieux consommer et c’est passionnant de voir cette transition s’effectuer et d’en être nous-mêmes acteurs. C’est un changement qui ne pourra se faire que sur le long terme et qu’avec l’aide de grandes marques de l’ameublement et de la décoration comme Made.com qui a une vaste visibilité et qui est soucieuse de véhiculer ses valeurs. Made.com s’intéresse de plus en plus de cette question du réemploi. Peut-être que dans 5 à 10 ans, cette collaboration deviendra une rubrique dédiée à ce réemploi des matériaux et des anciens meubles. 

Ce partenariat est une belle vitrine pour nous, pour réussir à convaincre le grand public de l’urgence à entendre ce message éco-responsable, que le beau n’est pas forcément dans le neuf comme vous le dites. Complètement repenser des objets et déployer nos efforts pour réutiliser ces matériaux c’est le fondement même de notre mission.

Source: Lire L’Article Complet