Retraite complémentaire Agirc-Arrco : attention à ne pas confondre les différentes décotes

Au sein du régime complémentaire de retraite des salariés du privé Agirc-Arrco, deux décotes différentes cohabitent. L’une est temporaire alors que l’autre affecte votre pension jusqu’à votre décès.

Restez informée

Attention aux risques de confusion. En plus de leur retraite de base versée par l’assurance retraite, tous les salariés du privé, qu’ils soient cadres ou non, ont le droit à une retraite complémentaire servie par l’Agirc-Arrco. À la différence de la retraite de base, leur retraite complémentaire est calculée sur l’ensemble de leur carrière. Pour obtenir le montant de leur retraite complémentaire, il leur suffit en principe de multiplier le nombre de points crédités sur leur compte durant toute leur vie active par la valeur du point au jour de la liquidation de leur retraite.

En pratique, les choses sont un peu plus complexes. Car si vous demandez le versement de votre retraite avant 67 ans, le résultat de ce calcul peut être affecté soit d’un abattement définitif, soit d’un malus temporaire. C’est l’un ou l’autre. Explications.

Si vous demandez votre retraite avant 67 ans, sans avoir la durée d’assurance requise correspondant à votre génération (167 trimestres si vous êtes né en 1958, 1959 et 1960 ; 168 trimestres si vous êtes né en 1961,1962, 1963 …), on vous applique une décote sur le taux de vos pensions de retraite. Cet abattement est définitif : on parle aussi d’abattement viager. Son taux dépend soit de votre âge, soit du nombre de trimestres qu’il vous manque pour réunir le nombre de trimestres requis correspondant à votre génération. Lire la suite sur Capital.fr, notre partenaire droit, retraite, argent…

Source: Lire L’Article Complet