Sophie Elizéon, une préfète face au racisme, à l'antisémitisme et la haine anti-LGBT

L’ancienne préfète a été nommée déléguée interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, mercredi 17 février lors du conseil des ministres. Portrait d’une haute fonctionnaire qui agit depuis près de quinze ans pour l’égalité des droits, des chances et des sexes.

Elle est la nouvelle Dilcrah. Comprenez : déléguée interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT. Sophie Elizéon a été nommée à ce poste mercredi 17 février, par le conseil des ministres. Elle succède à Frédéric Potier et devient ainsi la première femme à la tête de cette délégation créée en 2012. Préfète de l’Aude depuis octobre 2019, elle prendra ses nouvelles fonctions le 8 mars. La Réunionnaise de 50 ans a réagi sur Twitter, se disant «très honorée de la confiance qui lui est faite». «Je mènerai ce combat pour la fraternité avec détermination. Je quitte l’Aude avec un goût de “reviens-y”», a-t-elle ajouté.

Méritocratie républicaine

Sophie Elizéon est «un exemple de la méritocratie républicaine», a déclaré dans un communiqué Elisabeth Moreno, la ministre déléguée chargée de l’Égalité avec laquelle la nouvelle Dilcrah va travailler. «L’expérience qu’elle a acquise sur ces sujets au cours de sa carrière professionnelle sera précieuse pour mener à bien ces chantiers indispensables à la cohésion sociale de notre pays», a-t-elle également ajouté.

Sophie Elizéon est née le 3 novembre 1970 à Paris, d’un père réunionnais et d’une mère corrézienne. À l’image de ses origines, son parcours est ponctué d’allers-retours entre l’île de La Réunion et la France. Après avoir rejoint l’Outre-Mer avec ses parents, elle retourne en Hexagone. Elle obtient un diplôme d’études supérieures commerciales administratives et financières (ESC Pau) et un master en sociologie appliquée au développement local (Université Louis Lumière de Bron). En tant que haute fonctionnaire, elle se consacre aux différentes problématiques d’égalité depuis près de quinze ans. Entre 2007 et 2012, elle occupe le poste de déléguée régionale aux droits des femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes de La Réunion. Un mandat au cours duquel elle s’engage dans les campagnes d’information sur la prévention des violences conjugales et la protection des femmes et enfants victimes de violences. Durant cette période, la préfète fait réaliser une «cartographie à l’attention des victimes de violences conjugales». Une première pour La Réunion mais aussi à l’échelle nationale.

En 2012, Sophie Elizéon est nommée déléguée interministérielle pour l’égalité des chances des Français des Outre-Mer. Trois ans plus tard, elle devient préfète déléguée pour l’égalité des chances auprès du préfet du Nord. Une période durant laquelle elle œuvre à l’ouverture d’un centre de répit temporaire et collectif (CRTC), dédié aux réfugiés mineurs qui avaient campé au parc des Olieux à Lille pendant l’hiver 2015-2016. En 2017, elle devient la première femme réunionnaise à être nommé préfète dans le Territoire de Belfort. Décorée de la médaille de l’Ordre nationale du mérite en 2015, elle est également chevalier de la Légion d’honneur depuis 2019.

En vidéo, “Je t’aime ma fille”, la campagne de l’Inter-LGBT contre la transphobie

Personnes “invisibilisées”

La tâche est vaste pour la nouvelle Dilcrah, également mère d’Axelle, 19 ans. Elle «veillera notamment à la mise en œuvre du plan national d’actions pour l’égalité, contre la haine et les discriminations anti-LGBT+ 2020-2023, et s’attèlera à coordonner la préparation du plan national de lutte contre le racisme et l’antisémitisme», a expliqué Mme Moreno. Présenté en octobre, le premier plan prévoit 42 actions concrètes et repose sur quatre axes : la reconnaissance des droits des personnes LGBT+, le renforcement de leur accès aux droits, l’amélioration de leur vie quotidienne et la lutte contre la haine anti-LGBT+. «Une attention particulière sera portée aux personnes les plus “invisibilisées” : lesbiennes, bi, trans, intersexes ainsi que les personnes vivant avec le VIH et les seniors LGBT+», peut-on lire sur le site du gouvernement. La lutte contre l’homophobie ne fait partie des missions du Dilcrah que depuis 2016.

«Convictions, rigueur, goût du terrain : notre nouvelle Dilcrah dispose de tous les atouts pour réussir dans cette nouvelle et délicate mission», s’est réjoui son prédécesseur, Frédéric Potier. La déléguée a en tout rapidement affiché la couleur de ses convictions. Le lendemain de sa nomination, Sophie Elizéon a retweeté une publication du Laboratoire de l’égalité en hommage à Audre Lorde, née le 18 février 1934. Une poétesse afro-américaine, militante féministe intersectionnelle, lesbienne et engagée contre le racisme.

Source: Lire L’Article Complet