Sting, Vianney, Mylène Farmer, Placebo… Les souvenirs forts d'Hit West

  • Basée à Nantes, Hit West est une radio régionale à dominante musicale appartenant au groupe SIPA-Ouest France.
  • Elle est écoutée par un million d’auditeurs chaque semaine dans les régions Bretagne et Pays-de-la-Loire.

Alors que l’arrivée de la radio en France célèbre son centième anniversaire, la station régionale Hit West fête, elle,
ses 20 ans cette semaine. Née en 2001 de la fusion de Radio Nantes et Fréquence Ille, la
radio privée basée à Nantes est désormais écoutée par plus d’un million d’auditeurs chaque semaine en Bretagne et Pays-de-la-Loire. Si sa programmation est essentiellement musicale, la station propose aussi de l’info, du sport, des jeux et organise régulièrement des événements. De quoi compiler pas mal de souvenirs et anecdotes. Morceaux choisis.

L’interview événement de Mylène Farmer

« En 2010, pour la sortie de son album Bleu noir, Mylène Farmer, qui était au top et accorde très très peu d’interviews, accepte d’en donner à quatre radios, dont Hit West ! C’était impensable. Je me retrouve à 22 ans en tête à tête avec elle dans une suite de l’hôtel Park Hyatt à Paris. Sa présence était gardée secrète, j’avais eu interdiction d’en parler à mon entourage. Son manager nous avait accordés dix minutes et dix questions. J’avais emporté deux magnétos de peur qu’il y en ait un qui plante ! En me voyant, elle s’était étonnée de ma jeunesse, ce qui m’avait encore plus stressé. C’est une personnalité complexe, mystérieuse, mais ça s’est bien passé. Je me souviens qu’elle avait une toute petite voix, quelques rires nerveux. Je l’ai ensuite à nouveau rencontrée en 2019 pour un entretien avec le DJ
Feder et c’était beaucoup plus détendu. » Lucas, animateur.

La découverte de Vianney avant le succès

« On a été les premiers à jouer Vianney. C’était en 2014, son producteur m’avait fait écouter une maquette pour savoir ce que j’en pensais. C’était très dépouillé, guitare-voix, ça ne faisait pas du tout FM, mais je sentais qu’il y avait un truc. En plus il avait des attaches familiales dans la région (le Croisic). On l’a passé quelques fois à l’antenne et on a proposé de le mettre en première partie de Shaka Ponk lors d’un concert qu’on organisait à Saint-Sébastien-sur-Loire. Son producteur n’était pas chaud, il trouvait ça risqué. Vianney était tout jeune, il n’avait quasiment jamais fait de scène, c’était un pari. Mais on voyait qu’il avait une facilité avec le public. Il a joué trois ou quatre titres, dont Pas là, et la magie a opéré. On a tous été impressionnés, Shaka Ponk l’avait félicité. Après, s’est allé très vite pour lui. Il sort son premier album, Pas là devient n°1 partout, il
remporte une Victoire de la musique… Aujourd’hui il est extrêmement populaire, tout ce qu’il fait fonctionne. Mais il n’a pas oublié. A chaque sollicitation de notre part, il répond présent. » Dominique Lemonnier, directeur des programmes.

La mort du roi de la pop à l’antenne

« J’ai été marquée par l’annonce de la mort de Michael Jackson en 2009 à l’antenne. Quand tu bosses sur une radio musicale et que tu es journaliste matinalière, ça fait drôle. A cette époque-là en plus, les chaînes d’info en continu n’étaient pas aussi développées tout comme les sites Internet des médias. Aujourd’hui, avec les réseaux sociaux en plus, cette information n’aurait échappé à personne. Je me suis dit que j’allais annoncer la mort de Jackson à beaucoup de gens. Je fais en plus partie de la génération Jackson. Je ne suis pas une fan inconditionnelle, mais ça reste une figure. Je me souviens qu’on avait vite décidé de passer du Michael Jackson toutes les heures ! » Katell Lagré, journaliste

Katell Lagré et Simon Reungoat, journalistes pour Hit West.

La venue épique de Sting en studio

« Le 23 octobre 2019, Sting était à Nantes pour un concert et il avait accepté de venir à Hit West 
pour une interview. C’était énorme pour nous. C’est quand même une légende vivante, n’importe qui dans le monde a entendu un de ses titres. On était allé chercher exprès pour lui un pot de
miel de manuka qu’il avait l’habitude de consommer avec un thé. On avait prévu un traducteur. Le contexte était tout de même un peu particulier. Déjà parce que beaucoup de gens étaient venus le voir dans le studio, des journalistes, des photographes… Ensuite, parce qu’il avait été opéré 48 heures avant, sous anesthésie générale, d’une épaule. Il avait un bras en écharpe et on voyait bien qu’il était fatigué. Il avait tout de même été hyper accessible. Il avait parlé de sa carrière, de la forêt amazonienne, du Brexit, de la reine d’Angleterre… Ça reste un souvenir marquant. » Pierre Gael, animateur

Du lourd pour l’inauguration du Zénith de Nantes

« L’ouverture du Zénith de Nantes, en décembre 2006, c’était un événement pour la ville qui attendait une grande salle de concert depuis longtemps. J’avais contacté Daniel Colling, le directeur du Zénith de Paris et créateur des Zénith, pour tenter un partenariat pour l’inauguration. Beaucoup de radios étaient en concurrence, y compris des nationales, mais c’est Hit West qui a été choisi ! C’était un gros coup pour notre réseau qui n’avait que cinq ans d’existence. L’inauguration s’étalait sur quatre soirées concerts. Il y avait une programmation exceptionnelle : Aubert, Bruel, Cabrel, Voulzy et, surtout, le groupe Placebo qui était très attendu. Il y avait aussi une soirée 100 % nantaise assez fabuleuse devant 8.500 spectateurs. Beaucoup s’en souviennent encore. J’ai gardé une affiche de ce moment fort, elle est toujours accrochée dans nos locaux. » Pierre Bachelier, responsable partenariats

Tryo fan de la championne olympique

« En 2012, lors d’un Hit West Live, au Zénith de Nantes, j’avais proposé à la Bretonne Julie Bresset, qui venait tout juste d’obtenir une médaille d’or aux Jeux olympiques de Londres en VTT, de présenter sa breloque au public. Elle a reçu une longue ovation du public du Zénith. Elle était aussi super contente d’être là car elle est fan du groupe Tryo qu’elle espérait rencontrer en coulisse. En sortant de scène, nous tombons justement sur Tryo, et là, les choses se sont inversées ! Le chanteur du groupe français a reconnu Julie Bresset, lui a dit qu’il avait vu sa course incroyable aux JO et qu’il était devenu un grand fan d’elle ! Il lui a même demandé un autographe et à faire des selfies avec elle. La sportive était aux anges ! » Simon Reungoat, journaliste

Source: Lire L’Article Complet