Syndrome de Gougerot-Sjögren : quelle est cette maladie rare qui a emporté une ex-candidate de la Star Academy ?

Faustine Nogherotto, révélée par l’émission Star Academy, est décédée à l’âge de 31 ans, ce vendredi 29 janvier. L’ancienne candidate du télécrochet souffrait de deux pathologies rares. Elle a succombé au syndrome de Gougerot-Sjögren. Quelle est cette maladie auto-immune contre laquelle la jeune femme luttait depuis plusieurs années ?

Restez informée

Elle avait participé au concours de chant Star Academy, en 2006, et au programme de France 2 N’oubliez par les paroles, en février 2016. La chanteuse Faustine Nogherotto, qui était âgée de 31 ans, s’est éteinte ce 29 janvier. La triste nouvelle est tombée ce 30 janvier. Elle a été annoncée par ses proches et confirmée sur Twitter par un ancien candidat de la Star Academy, Mathieu Johan. “J’apprends la disparition de la jeune Faustine qui avait participé à la Star Ac en 2006. Faustine se battait depuis des années contre la maladie. Mes pensées s’envolent vers elle et ses proches”, a-t-il écrit.

Depuis 2010, la jeune artiste originaire de Picardie était atteinte de deux affections rares. L’ex-candidate du télécrochet a tout d’abord souffert du syndrome de fatigue chronique, aussi appelé “encéphalomyélite myalgique”, puis du syndrome de Gougerot-Sjögren, une maladie auto-immune qui a causé sa mort.

Faustine Nogherotto avait évoqué ses pathologies, lors de son passage sur le plateau de N’oubliez par les paroles en 2016. “J’ai deux pathologies rares. Ce sont deux maladies dont on n’entend jamais parler et c’est un enfer à vivre au quotidien. Il n’y a pas de recherche en France pour, et il n’y a pas d’avancée”, avait-elle confié à l’animateur du programme, Nagui. Faustine Nogherotto avait demandé au présentateur de “faire un spectacle musical pour unir des fonds pour ces deux maladies qui sont vraiment très dures à vivre.”

Qu’est-ce que le syndrome de Gougerot-Sjögren ?

Le syndrome de Gougerot-Sjögren est une maladie auto-immune systémique. Elle se produit lorsque le système immunitaire du patient attaque et détruit les glandes, en particulier lacrymales et salivaires, qui produisent des sécrétions dans l’organisme. Bien que cela soit rare, d’autres organes, tels que les poumons ou les reins, peuvent aussi être affectés par ce syndrome. Cette affection rare concerne 0,1% à 0,4% de la population adulte, soit 50 à 200.000 malades en France, selon la Fédération des Maladies Dysimmunitaires. D’après la Société Nationale Française de Médecin Interne (SNFMI), les femmes sont 10 fois plus touchées par cette maladie que les hommes.

Syndrome de Gougerot-Sjögren : quels sont les symptômes ?

Cette pathologie se manifeste par :

  • Des douleurs articulaires et/ou musculaires
  • Une sécheresse oculaire, buccale, cutanée, génitale ou bronchique
  • Une fatigue importante
  • Le syndrome de Raynaud
  • Le purpura

“C’est d’abord une fatigue extrême, mon corps est tout le temps sans énergie. Ce sont aussi des douleurs musculaires. Je ne peux pas descendre les escaliers sans trembler, parfois le simple fait de tenir un verre est insupportable. (…) Regarder un écran de télévision m’est impossible. Je ne supporte pas la lumière. C’est comme si mon cerveau était tout le temps enflammé. Le combat est très difficile à mener”, avait expliqué au Parisien Faustine Nogherotto, en 2015.

Comment diagnostiquer le syndrome de Gougerot-Sjögren ?

Le diagnostic de cette maladie rare repose sur la réunion d’un certain nombre de symptômes. Les médecins peuvent également réaliser des examens de sang pour mettre en évidence la présence d’anticorps anti-SSA et SSB dans le sang. Ils peuvent aussi procéder à une biopsie des glandes salivaires.

Syndrome de Gougerot-Sjögren : comment le traiter ?

Le traitement de ce syndrome est symptomatique. Les praticiens peuvent administrer aux patients des substituts salivaires et/ou lacrymaux, en cas de sécheresse oculaire et buccale. Des antalgiques, des anti-inflammatoires non-stéroïdiens, une corticothérapie à faibles doses peuvent être prescrits aux malades pour soulager les douleurs, selon la Fédération des Maladies Dysimmunitaires.

“Dans certains cas de complications systémiques, un traitement immunosuppresseur sera prescrit. Ces médicaments ciblent l’immunité, ce sont des molécules dont le but est de diminuer, ou de moduler, l’hyperactivité du système immunitaire, tout comme l’inflammation”, peut-on lire sur le site de la fédération.

Les personnes atteintes du syndrome de Gougerot-Sjögren doivent également éviter les facteurs qui favorisent l’apparition des signes cliniques, tels que certains médicaments, la fumée de tabac ou l’air conditionné. Il leur est aussi conseillé d’avoir une hygiène bucco-dentaire parfaite car la salive a des propriétés antibactériennes.

Source: Lire L’Article Complet