Test du Razer BlackWidow V3 Pro, le plaisir d’un clavier mécanique gamer et sans fil

Pour avoir le setup le plus clean possible, il ne faut pas passer par 4 chemins. Première chose à faire, virer tous les câbles de son bureau ! Et pour ça, le Razer BlackWidow V3 Pro est un allié de choix.

Bon, si vous lisez régulièrement mes tests de périphériques, vous avez sûrement remarqué que ma préférence s’est toujours tournée vers le Razer Ornata, que ce soit dans la V1 ou sa V2. Il était un des premiers à introduire un repose-poignet bien douillet, qui a d’ailleurs été repris sur le BlackWidow V3 Pro, clavier que l’on teste aujourd’hui.

Rapide présentation

Le BlackWidow de Razer est un clavier bien connu des joueurs, qui revient cette fois avec une V3 Pro permettant une utilisation sans fil. Une feature très importante qui tend à grandement se démocratiser, tant cela permet une grande praticité, mais aussi, un bureau bien plus clean. C’est un clavier mécanique utilisant des Switchs verts de conception Razer, avec des touches en ABS double injection permettant de ne jamais effacer les lettres. Sa conception du cadre supérieur en aluminium frappe au premier abord, tant celui-ci semble solide et stable. Bien sûr, il dispose des fonctions supplémentaires qui font plaisir, c’est-à-dire un RGB du plus bel effet avec ses logements de switchs transparents , mais aussi des touches multimédias. Le clavier propose 3 moyens de connexion, avec son câble, son dongle dédié ou encore par Bluetooth, en faisant une offre plutôt versatile et compatible avec beaucoup de matériel.

Une qualité de frappe exceptionnelle

Ça fait toujours bizarre d’écrire le test d’un clavier quand on s’en sert littéralement pour parler du produit même. Enfin bref, s’habituer à la frappe d’un nouveau clavier n’est jamais chose aisée, surtout après avoir des années à frapper sur mon Razer Ornata aux touches plutôt courtes. Avec le BlackWidow V3 Pro, je passe sur des touches mécaniques de pleine hauteur. Pourtant, il ne m’a fallu que 2 ou 3 jours avant de reprendre pleinement mes marques. De plus, le feeling des switchs verts couplé avec le cadre supérieur en alu est à tomber par terre.

On a véritablement la sensation de taper sur une machine à écrire, avec pourtant une activation des touches légères, et un rebond immédiat. Un vrai plaisir pour l’utilisateur, mais une torture pour les personnes à côté. Il faudra évidemment ne pas utiliser ce clavier en open space, mais chez soi, bien à l’abri dans une chambre ou un bureau. Oui, il est bruyant avec un son de clic prononcé, mais le son n’est pas spécialement dérangeant pour la personne derrière le clavier. Par contre, j’aurais aimé que le repose-poignet soit aimanté à la manière de celui de l’Ornata, celui du BlackWidow ayant tendance à glisser légèrement sur la surface de mon bureau. Il faut dire aussi que cela sera moins problématique quand j’aurai un véritable bureau en bois et non plus un bureau de chantier en plastique.

Logiciel et personnalisation

Comme d’habitude, tout se passe sur Synapse, le logiciel de gestion de périphérique de Razer. En passant par le dongle, le clavier est reconnu immédiatement sans soucis. C’est un peu plus fastidieux quand on branche celui-ci, où il y a un petit temps où le clavier se désactive, le temps d’être bien pris en compte. Il faudra donc ne pas oublier cette donnée en jeu, afin de ne pas se retrouver en pleine partie avec un clavier qui se désactive pendant quelques secondes qui peuvent parfois être décisives.

C’est toujours sur Synapse que l’on peut gérer les paramètres de Chroma, la solution RGB de Razer, mais aussi les options d’alimentation et de jeu. Ici, tous les paramètres importants sont présents, et facilement accessibles.

En jeu

La première question que chaque joueur se pose en voulant passer sur du sans fil, c’est si cela va induire un temps de latence dans ses actions en jeu ? Razer a développé son système hyperspeed wireless qui selon la marque, est d’une fiabilité telle que de nombreux eSportif l’utilise. Sans avoir la prétention d’avoir le niveau de ces compétiteurs, il faut dire que je n’ai ressenti effectivement aucune latence en faisant un comparatif entre un clavier filaire et le Razer BlackWidow V3 Pro.

Un clavier proche de la perfection

Bon, on reprochera toujours à peu près la même chose que pour l’intégralité des produits Razer, un tarif élevé à 250 euros qui pique quand même pas mal, malgré que le Razer BlackWidow V3 Pro soit exceptionnel et quasi exempt de défaut. Une autre chose que l’on a tous appréciée pour le clavier, c’est une autonomie un peu plus solide, afin de véritablement pouvoir oublier le câble dans un coin. Ici, on a une autonomie plutôt décevante de 13 heures environ quand le RGB est poussé au maximum, ce qui n’est pas si lumineux que ça. Par contre, on s’approche des 200 heures sans lumière, ce qui est clairement impressionnant, mais avec un intérêt plutôt réduit. En dehors de ça, il ne fait aucun doute que le Razer BlackWidow V3 Pro fait partie des meilleurs claviers mécaniques dédiés au gamer qu’il soit, avec une sensation de frappe incomparable, une qualité de fabrication indéniable, et une réactivité qui n’a rien à envier aux claviers filaires.

Source: Lire L’Article Complet