"Tout le monde a un rôle à jouer contre les violences faites aux enfants"

Une étude commanditée par l’association Enfance et Partage à l’occasion de Journée internationale des Droits de l’Enfant montre que les violences faites aux enfants inquiètent les Français. Même si ces derniers, peu ou mal informés, sont encore nombreux à hésiter avant de donner l’alerte.

Des français concernés, mais peu armés pour réagir

Si l’enquête montre que les français se sentent réellement concernés par les violences subies par les enfants, ils sont également nombreux, 61%, a déclarer attendre d’avoir des preuves pour donner l’alerte et donc à s’abstenir en cas de doute. Enfance et Partage insiste sur la nécessité de donner l’alerte face au moindre doute. Les personnes interrogées ont également été 62% à déclarer qu’elles ne savaient pas quel numéro contacter pour signaler un cas de violence sur un enfant. Seuls 16% avaient connaissance du numéro dédié aux cas de maltraitance infantile, le 119. Les français pensent en premier lieu à la police et la gendarmerie puis aux services sociaux. 

Newsletter

Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l’envoi de votre newsletter.

Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, à des fins de ciblage publicitaire.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Voir un exemple

En outre, 68% des Français ne se sentent pas suffisamment informés et estiment ne pas disposer des informations nécessaires pour pouvoir agir. Pour plus de la moitié des personnes interrogées, la maltraitance des enfants n’est pas un sujet suffisamment abordé dans les médias et ils sont même 67% à penser qu’il s’agit d’un sujet tabou.Nous voyons que pour lutter efficacement contre ces violences, nous devons davantage informer les citoyens sur les moyens à leur disposition et leur rappeler qu’en cas de doute, il faut quand même agir !“, conclut la Présidente d’Enfance et Partage Marie-Pierre Colombel.

Source: Lire L’Article Complet