À quoi ressemble une collection de mode polysexuelle ?

Marc Jacobs dévoile un vestiaire inédit célébrant la polysexualité.

Reconnu comme l’un des créateurs les plus disruptifs de sa génération, Marc Jacobs continue de repousser ses limites avec une ligne inédite qui met à l’honneur la polysexualité. Cette collection baptisée «Heaven» célèbre l’attirance pour tous les sexes et tous les genres à travers des vêtements et des accessoires qui s’adressent à tout le monde. Une nouvelle annoncée sur le compte Instagram de la marque américaine qui a aussi dévoilé un logo en forme d’ours en peluche rose à deux têtes.

Pour imaginer ce vestiaire, Marc Jacobs s’est replongé dans les origines de sa marque pour y puiser l’esthétique qui a fait son succès. Au programme : rêve adolescent, jeunesse queer, inspirations grunge (on se souvient de son défilé controversé pour Perry Ellis), candi ravers et fantaisie psychédélique. Sans véritablement révolutionner le vestiaire genderfluid, le créateur de 57 ans propose un condensé de son univers à travers des pièces qui rendent aussi hommage au cinéma queer de Gregg Araki, aux sculptures de Mike Kelley et aux photographies de l’artiste Cindy Sherman.

View this post on Instagram

Introducing a polysexual collection by Marc Jacobs. Heaven draws upon the origins of the Marc Jacobs impulse: subversion, teenage daydreams, alienation nation, queer youth, toxic shock valley girls, candy ravers, apocalypse sugar, psychedelic fantasia, girls who are boys and boys who are girls, those who are neither, negative space, day-glo dystopia, suburban euphoria, and the multifaceted characters who have made up the Marc Jacobs universe for the past 30 years. Heaven centers the D.I.Y. spirit that connects subcultures around the world and recontextualizes them for a new generation. Heaven pays tribute to the films of the new queer pioneer Gregg Araki, the street style microculture of FRUiTS magazine, the plushy sculptures of Mike Kelley, and the shifting identities of Cindy Sherman. The collection’s avatar, a two-headed teddybear, was inspired by an image of longtime Marc Jacobs muse Katie Grand from a 1994 issue of Dazed & Confused, representing the freedom to be multifaceted and the endless romance found in mutating forms. An ode to otherness. The collection, which is priced between $35 and $395 at retail, is an accessible and aspirational gateway into the sprawling and enigmatic omniverse of Marc Jacobs. Heaven exists as collectible tees, longsleeves, hoodies, dresses, knit vests, sweaters, bags, home goods, and accessories. A series of commissioned projects from Marc Jacobs muses and friends is coming soon and will be unveiled via the @HEAVN instagram on a totally f*cked up basis. Let Heaven be your brand of bliss today. Lily wears the Frog Footsteps Long Sleeve Tee and the Techno Floral Pleated Skirt. Photo: @LarissaHofmann Styling @EmersonDanielle September 2, 2020. London @heavn @avanope @marcjacobs

A post shared by Marc Jacobs (@themarcjacobs) on

Jouer avec le genre

Marc Jacobs est loin d’être un novice dès qu’il s’agit de brouiller les frontières du genre et de célébrer «les garçons qui sont des filles, les filles qui sont des garçons, et celles et ceux qui ne s’identifient pas comme tel» comme l’indique son compte Instagram. Le créateur, qui passera son tour lors de la prochaine Fashion Week de New York, s’est toujours posé en esprit libre, tant dans ses collections – qui défraient parfois la chronique – que dans sa vie personnelle. Il n’est pas rare de l’apercevoir sur Instagram prodiguer ses derniers conseils en matière de maquillage ou arborer mini-jupe, collier de perles et escarpins dans ses clichés. Un prise de position qu’il incarne à travers ce nouveau vestiaire.

Source: Lire L’Article Complet