Carla Bruni intervient dans l'affaire Gérald Marie, l'ex-patron de l'agence Elite accusé de viol

Après les témoignages de deux femmes auprès de la Bridage des mineurs, les 2 et 3 septembre, l’ex-première dame de France s’est exprimée sur l’affaire Gérald Marie. L’ancien mannequin souhaite inciter d’autres éventuelles victimes à se tourner vers la justice.

«Trop c’est trop. Je suis aux côtés de Carré et des autres survivantes de Gérald Marie qui viennent à Paris pour témoigner contre leur agresseur. Aucune industrie n’est à l’abri des abus sexuels.» Ces mots sont ceux de Carla Bruni-Sarkozy. Exprimés dans le New York Times ce mardi 7 septembre, ils visent à apporter publiquement son soutien à l’ancien mannequin Carré Sutton qui accuse Gérald Marie de l’avoir violée. Et à inciter d’éventuelles victimes plus récentes de Gérald Marie à se faire connaître pour permettre de relancer la procédure.

Cette mobilisation tombe pile à l’heure où une quinzaine de femmes doivent être entendues à Paris dans le cadre des accusations qui pèsent contre l’ex-patron européen de l’agence Elite. L’homme âgé de 71 ans est sous le coup d’une enquête préliminaire pour des faits de «viols» et «d’agressions sexuelles» à la suite des témoignages de quinze femmes, dont certaines mineures au moment des faits. Mais pour la plupart, il y aurait prescription ce qui rendrait peu probable un procès.

Dans les colonnes du journal new-yorkais, Carla Bruni-Sarkozy a poursuivi en soulevant la question de la réglementation du travail des mannequins, en particulier des plus jeunes, souvent vulnérables face à l’éloignement de leur famille. «Il y a tant de travail à faire en France et dans le monde pour que les femmes soient protégées des violences sexuelles au travailSa mobilisation, accompagnée de celles des mannequins Helena Christensen, Paulina Porizkova et Karen Elson, a été encouragée par Model Alliance, le premier syndicat de mannequins à but non lucratif qui œuvre auprès des accusatrices de Gérald Marie en leur donnant accès à un conseil juridique.

Prédateur sexuel

L’industrie de la mode serait-elle à son tour rattrapée par le mouvement Me Too ? Pour Sara Ziff, fondatrice et directrice exécutive de Model Alliance qui s’exprime dans le New York Times, il est en tout cas certain que l’affaire Gérald Marie est révélateur de ce qui se passe encore aujourd’hui dans le milieu du mannequinat. «Carré a été violée et victime de la traite à l’adolescence il y a trente ans, et je sais que des abus similaires ont encore lieu dans le secteur aujourd’hui parce que nous entendons des mannequins actuels via notre ligne d’assistance», explique-t-elle.

Gérald Marie en compagnie d’un jeune mannequin. (En 2003.)

De Paris à Milan, Gérald Marie a longtemps été l’un des agents de mannequins les plus influents de la planète mode. Celui qui a popularisé le concours Elite Model Look à la fin des années 1980. Celui aussi qui a lancé la carrière de Naomi Campbell. L’homme vivrait aujourd’hui à Ibiza et serait toujours en activité (depuis 2012) dans l’agence parisienne Oui Management. On lui prête une réputation de prédateur sexuel dévoilée dès la fin des années 1990. En 1998, la journaliste Lisa Brinkworth réalise en effet pour la BBC un reportage sur les dessous de la mode, tourné en caméra cachée. La reporter se fait passer pour un mannequin et s’infiltre chez Elite avec l’aide d’un confrère. Pendant le tournage, elle est agressée sexuellement par Gérald Marie dans une discothèque de Milan, et l’agent lui propose lors de la soirée de l’argent pour coucher avec elle. Après la diffusion du reportage, Thierry Ardisson questionnera alors le patron de l’agence dans son émission «Tout le monde en parle», en 1999. «C’est du vomi», «une non-affaire», avait rétorqué Gérald Marie.

Aujourd’hui âgée de 54 ans, Lisa Brinkworth fait partie de la quinzaine de femmes qui accusent l’homme de «viols» et «d’agressions sexuelles». Sollicitée par l’AFP, Me Céline Bekerman, l’avocate de Gérald Marie, a indiqué que son client «dément avec consternation ces allégations mensongères et diffamatoires».

Source: Lire L’Article Complet