Corine : Sa reprise de Je danse le mia, son album Un Air de fête et ses futurs projets… Elle se confie (EXCLU)

À l’occasion de la sortie de la compilation “Back dans les bacs”, nous avons échangé avec Corine, incarnation de cette nouvelle pop française inspirée du disco.

On fait le plein d’artistes français ! Après avoir partagé notre avis sur l’EP d’Yseult , nous nous somme entretenu avec Corine. L’artiste à qui l’on doit les tubes “Il fait chaud” et “Pluie fine” est venu nous parler à l’occasion de la sortie de “Back dans les bacs”. Cette compilation regroupe des artistes tels que Coeur de Pirate ou encore Shy’m, qui reprennent des titres emblématiques de la fin des années 90 et du début des années 2000. Pour cette compilation, Corine reprend le titre “Je danse le M.I.A”, tube du célèbre groupe de rap “IAM”. Nous avons parlé avec elle de ce choix de morceau et également de son travail en tant qu’artiste.

Corine, chanteuse : J’ai tout de suite proposé de reprendre ce titre des années 90 parce qu’il emblématique et a marqué le début de mon adolescence. Je viens du sud, donc IAM était vraiment pour moi les représentants du rap. C’était du coup un vrai challenge ! Ce sont des artistes assez intouchables pour moi. Nous avons vraiment respecté la structure du morceau tout en ajoutant des claviers qui sont vraiment ceux que l’on peut retrouver dans mon album.

Corine : Effectivement, d’autant plus que ce titre reprend un sample extrêmement connu de la scène disco (ndlr : “Give me the night” de George Benson) Je pensais d’ailleurs que le morceau serait enregistré en deux heures, mais ça a bien pris une bonne journée, mais c’était hyper excitant !

Corine : Oui et je crois que c’est la synergie des rencontres qui fait qu’on va au bout d’une idée, d’une création, d’un projet. J’ai donné naissance à ce projet de par mes textes, le personnage que j’ai créé et la façon que j’ai d’aborder la scène. Certes, je suis au centre, mais sans les autres, les choses ne peuvent pas aller au bout : Que ce soit les musiciens ou les partenaires que j’ai. Et puis, il y a de l’adversité aussi parce que parfois ça ne marche plus et il faut aussi savoir garder les reines du projet et continuer à avancer. Mais effectivement, c’est très important pour moi de m’entourer de personnes positives et au service de cette musique-là qui est particulière.

Corine : J’aborde la scène comme au théâtre ou comme au cirque. Pour moi, c’est de l’art vivant et j’aime aborder la scène de façon à un peu sacrée en amenant les gens du début à la fin dans un univers. Donc j’aime trouver les bonnes personnes avec qui travailler sur les costumes, les lumières et réfléchir aux entrées, aux sorties ou même à la façon que je vais avoir de m’adresser au public et j’adore ça ! Et c’est toujours une surprise d’avoir de bons retours parce qu’il n’y a jamais rien d’acquis. Mais j’ai beaucoup de chance, le projet est bien reçu, je suis très heureuse et j’en profite et essaie d’en savourer chaque instant.

Corine : Évidemment il y a un travail pour que les mots sonnent, c’est hyper important. J’aime raconter des histoires et jouer sur les codes du féminisme, de la sensualité. Sur des titres comme “Il fait chaud” par exemple, ça sonne et ça rime, mais en même temps, ça raconte beaucoup sur les jeux de séductions. J’aime parler du quotidien, mais en abordant autre chose derrière, c’est une tonalité que l’on retrouve beaucoup dans le cinéma Nouvelle Vague, comme chez Christophe Honoré par exemple. Ça m’inspire pour mes textes et je m’amuse avec ce que j’ai envie de raconter !

Corine : Bien sûr ! Je continue la tournée, il va y avoir pas mal de dates notamment en Australie à partir de janvier et puis la préparation tranquillement d’un autre album et avant ça une petite surprise est prévue pour Noël !

Source: Lire L’Article Complet