01/30/2023

Auteur, compositeur, chanteur, guitariste, arrangeur, David Crosby, mort jeudi 19 janvier à 81 ans, a enregistré de nombreux monuments de la musique populaire américaine, faisant dialoguer rock, folk et jazz. Voici une sélection de chansons enregistrées au sein de ses groupes ou en solo et réunissant, à l’exception de la première, des titres signés ou cosignés David Crosby.

The Byrds : « Mr Tambourine Man » de Bob Dylan (1965)

C’est avec une reprise au refrain polyphonique d’un succès de Bob Dylan que les Byrds se lancent en avril 1965. Au sein du groupe, David Crosby partage son goût pour l’harmonisation vocale et les accords singuliers à la guitare. Le succès de l’adaptation de la chanson de Dylan contribue fortement à une vogue folk qui traverse le monde du rock. Si le leader et chanteur du groupe est Roger McGuinn, également à la guitare, on reconnaît dans la vidéo ci-dessus David Crosby, guitariste à la cape noire, par son visage poupin et son sourire, dans cette archive du célèbre Ed Sullivan Show de décembre 1965… Dans la même émission de télévision américaine, les Byrds interprètent Turn ! Turn ! Turn !, autre célèbre reprise d’un titre d’une icône folk (Pete Seeger) pour laquelle Crosby a travaillé sur les arrangements des voix – un exercice dans lequel il excellera.

The Byrds : « Eight Miles High » (1966)

Pionnière du rock psychédélique, cette chanson lancée en mars 1966 est cosignée Gene Clark, Roger McGuinn et David Crosby. Elle porte les influences de John Coltrane (notamment India sur l’album Impressions) et Ravi Shankar dont les Byrds écoutaient certains disques en boucle lors d’une tournée en novembre 1965. Eight Miles High est rapidement interdite de diffusion aux États-Unis, les paroles étant soupçonnées de faire référence à la drogue. Le groupe s’en défend catégoriquement. Mais plus tard, les musiciens admettront qu’une partie du texte évoquait la consommation de substances illicites. Entre-temps, la chanson figurera dans le troisième album studio du groupe sorti en juillet 1966, Fifth Dimension. David Crosby sera renvoyé du groupe en octobre 1967 à la suite de dissensions.

The Byrds : « Everybody’s Been Burned » (1967)


Cette chanson sombre et mélancolique de David Crosby figure dans le dernier album des Byrds auquel il a participé avant son éviction. Il l’avait écrite et composée quelques années avant d’intégrer le groupe. En 1995, il confiait à Rolling Stone qu’il la considérait comme sa « première chanson passable ».

Crosby, Stills & Nash : « Guinnevere » (1969)


Cette chanson écrite et composée par David Crosby figure dans le premier album du trio qu’il forme avec Stephen Stills et Graham Nash, simplement intitulé Crosby, Stills & Nash. Tous ont connu le succès dans une formation précédente : Crosby vient des Byrds, Stills de Buffalo Springfield et le Britannique Nash des Hollies, groupe formé en Angleterre. Guinnevere est l’un des titres phares de l’album. Dans la vidéo ci-dessus, David Crosby le chante en duo avec Graham Nash en 1970 à la BBC.

Crosby, Stills & Nash : « Long Time Gone » (1969)


Toujours signée David Crosby, cette chanson est un autre classique du répertoire de Crosby, Stills and Nash, parue dans leur premier album. Dans la vidéo ci-dessus, elle est reprise sur scène en 1991 par le groupe ainsi que Neil Young (qui a participé à la formation à partir de 1970).

Crosby, Stills & Nash : « Wooden Ships » (1969)


Également extraite du premier album de Crosby, Stills and Nash, Wooden Ships est cosignée par David Crosby, Paul Kantner (Jefferson Airpline, Starship) et Stephen Stills. Crosby, Stills & Nash l’a interprétée en 1997 lors de son introduction au Rock and Roll Hall of Fame. L’album de 1969 comporte d’autres classiques signés par les autres membres du groupe, comme Suite : Judy Blue Eyes (Stephen Stills) et Marrakesh Express (Graham Nash).

Crosby, Stills, Nash & Young : « Déjà Vu » (1970)

Avec une introduction croisant folk (pour l’instrumentation) et jazz (pour la partie vocale), cette pépite débordant de créativité, signée David Crosby, ouvre l’album Déjà vu auquel elle donne son titre. « And I feel Like I’ve been here before » (« Et j’ai l’impression d’être déjà venu ici »), chante Crosby. De fait, la calligraphie et la photo de l’album baignent dans un mystérieux climat retro. Quant au trio, il s’est mué en quartet avec l’arrivée du Canadien Neil Young.

Crosby, Stills, Nash & Young : « The Lee Shore » (1970)


Ce titre bien poétique de David Crosby apparaît dans le premier album live de Crosby, Stills, Nash & Young, 4 Way Street (1971). Son auteur-compositeur aime à le jouer sur scène, comme lors de cette session live pour la BBC en 1971. À l’origine, en 1970, la chanson n’a pas été retenue pour l’album Déjà vu (l’enregistrement est sorti dans l’édition du 50e anniversaire parmi les « outtakes », les chansons non conservées, du disque).

Crosby, Stills, Nash & Young : « Almost Cut My Hair » (1970)

Extraite de l’album Déjà Vu, écrite et composée par David Crosby, la chanson Almost Cut My hair (« J’ai failli me couper les cheveux ») évoque le dilemne des jeunes hippies au début des années 70 : couper ses cheveux ou les laisser pousser et revendiquer son appartenance à la contre-culture.

David Crosby : « Laughing » (1971)


Laughing (« En riant ») est extrait du premier album solo de David Crosby, If I Could Only Remember My Name (« Si je pouvais seulement me souvenir de mon nom »), écrit dans un contexte de deuil et de douleur à la suite de la mort accidentelle en 1969 de sa compagne. Cette chanson évoque le risque d’être dupé par de faux guides spirituels. David Crosby l’a écrite car il s’inquiétait pour son ami George Harrison qui, fasciné par l’Inde, y avait séjourné avec les trois autres Beatles auprès du célèbre Maharishi Mahesh Yogi, expliquait-il dans Rolling Stone en 2021.

David Crosby : « I’d Swear There Was Somebody Here » (1971)

Dans le même disque, le chanteur américain s’est offert, avec I’d Swear There Was Somebody There (« J’aurais juré qu’il y avait quelqu’un »), une minute 20 secondes d’un saisissant et fantômatique chant polyphonique a cappella… De cet album, on pourrait aussi mentionner cette somptueuse ballade sans paroles – Crosby n’est pas parvenu à en écrire – mais avec du scat, et intitulée Tamalpais High (At About 3).

Crosby & Nash : « Carry Me » (1975)


David Crosby et Graham Nash ont enregistré quatre albums en duo. Leur deuxième 33 tours, Wind on the Water (1975), s’ouvre sur le très beau Carry Me (« Porte-moi ») de Crosby. Cette chanson émouvante sur le deuil évoque les derniers moments de sa mère. Parmi les autres beaux moments discographiques de leur tandem signés Crosby, on peut aussi ajouter The Wall Song, extrait de leur premier album en duo sorti en 1972 et simplement intitulé Graham Nash David Crosby.

Bonus : quand David Crosby reprenait une comptine française…


Une petite curiosité, pour finir. En 1971, dans son album If I could only remember my name, David Crosby enregistrait une courte chanson française comprenant quelques vers d’une comptine du XVe siècle, Le Carillon de Vendôme. La chanson recensait les dernières possessions de Charles VII – alors dauphin de Charles VI – quand il fut déshérité en 1420 par le traité de Troyes…

Source: Lire L’Article Complet