Mort de la grande soprano Christiane Eda-Pierre, première artiste lyrique française noire à avoir brillé à l’international

Née le 24 mars 1932 à Fort-de-France en Martinique, Christiane Eda-Pierre, qui était également une grande pédagogue au Conservatoire de Paris, est décédée le 6 septmbre de mort naturelle dans sa maison des Deux-Sèvres, dans le centre-ouest de la France, selon ses proches.

Celle qui a chanté dans les plus grandes maisons d’opéra, de l’Opéra de Paris au Met de New York, en passant par les maisons de Londres et de Vienne, avait notamment triomphé en 1977 dans Les Contes d’Hoffman d’Offenbach, mis en scène par Patrice Chéreau. Soprano au répertoire éclectique, elle a participé à plusieurs créations, notamment le Saint-François d’Assise du compositeur français Olivier Messiaen.

“Moi, une noire, rentrer au Conservatoire, ce n’est pas possible”

Née dans une famille d’intellectuels martiniquais, nièce de la femme de lettres Paulette Nardal (première étudiante noire à la Sorbonne) elle apprend très jeune le solfège auprès de sa mère, professeure de piano. “Son premier contact avec l’opéra, c’était de son grand-père qui connaissait tous les airs lyriques grâce aux troupes qui faisaient des va-et-vient entre l’Europe et les Etats-Unis et qui s’arrêtaient pour se produire à Saint-Pierre ou Fort-de-France”, raconte sa biographe Catherine Marceline, dont le livre Christiane Eda-Pierre, une vie d’excellence, est sorti en 2019.

CHRISTIANE EDA-PIERRE
Elle arrive à Paris à la fin des années 50 pour des études de piano. Mais Charles Panzéra, grand baryton suisse, l’a entendue : “il m’a dit je vais te présenter au Conservatoire, j’ai ouvert de grands yeux parce que je me suis dit moi, une noire, rentrer au Conservatoire, ce n’est pas possible”, raconte-t-elle dans un podcast diffusé en 2013 par Qobuz.

Carrière mondiale

Christiane Eda-Pierre fait ses débuts à l’Opéra de Nice dans Les Pêcheurs de perles de Bizet avec Gabriel Bacquié, baryton-basse français décédé en mai. Elle se distingue l’année suivante dans le prestigieux Festival d’art lyrique d’Aix-en-Provence puis enchaîne les rôles à Paris, à l’Opéra-Comique et au Palais Garnier avant de s’illustrer à l’international.

Elle a été la première cantatrice noire française à faire une carrière internationale d’envergure et défendait la représentativité des artistes noirs dans tous les arts. “Elle disait que plus on les mettrait sur scène, plus ça se normaliserait”, d’après la biographe.

Source: Lire L’Article Complet