"Riot Grrrl" : un mouvement révolutionnaire, féministe et musical en perpétuelle redécouverte

La vidéo date du 5 mai dernier, elle a largement circulé depuis. À l’image, The Linda Lindas, quatre jeunes musiciennes de 10 et 16 ans, qui retournent une bibliothèque de Los Angeles. Sur le tee-shirt de la batteuse, le nom du groupe Bikini Kill.

La boucle est bouclée, donc, puisqu’avec Bikini Kill au tournant des années 1990, l’Amérique découvrait le mouvement “Riot Grrrl”, affirmation punk et féministe venant d’Olympia, au nord-ouest du pays, entre musique et arts visuels, passant autant par les fanzines que par la scène. Un mouvement capital resté longtemps mal documenté, auquel Mathilde Carton consacre un livre-somme, Riot Grrrl, Revolution Girl Style Now, tout juste paru aux éditions Le Mot et Le Reste.

“Aujourd’hui on les redécouvre, à la faveur d’Internet et parce qu’elles ont commencé à écrire leur propre histoire […] On arrive à un moment où l’on revalorise certains mouvements qui ont pu passer à l’as.”

Les Riot Grrrls ont infusé leur désir de liberté et d’égalité dans le rock indépendant, avant d’atteindre la culture pop. Miley Cyrus, les Spice Girls, Lizzo, toutes sont à des degrés divers des produits de cette révolte féministe. En France, le collectif In Case Of Fire en est largement inspiré, comme le groupe Dream Wife en Angleterre. Autre preuve : sur Netflix, Amy Poehler signe Moxie, un film conçu comme un hommage.

Pour Mathilde Carton, les valeurs portées par le mouvement n’ont pas faibli, alors que certains groupes formés il y a trois décennies existent encore. La preuve, on leur a proposé “un huitième de ce qu’on a proposé à des groupes de mecs” pour se reformer.

“Aujourd’hui, elles donnent un kit clés en main à une nouvelle génération pour que cette révolution arrive enfin.”

Par exemple, Sleater-Kinney va sortir un album la semaine prochaine, et Bikini Kill s’est reformé pour une grande tournée mondiale. L’esprit et la musique des Riot Grrrls circule toujours.

Le mouvement "Riot Grrrl", héritage et vivacité | La chronique de Yann Bertrandécouter

Source: Lire L’Article Complet