Amy Winehouse : hypermnésie, divorce, drogues… décryptage de la chute d’une icône

Le 23 juillet prochain marquera le 10e anniversaire de la mort de la chanteuse. Le documentaire Amy Winehouse, 10 ans déjà… (mardi 8 juin, à 21 h 15 sur TMC) retrace son parcours brillant et sa cruelle descente aux enfers.

Le 10 février 2008, la cérémonie des Grammy Awards au Staples Center de Los Angeles est un triomphe pour Amy Winehouse. La chanteuse décroche pas moins de cinq récompenses : Album de l’année, Meilleure nouvelle artiste, Meilleur album pop pour Back to Black, Meilleure prestation vocale d’une chanteuse et Chanson de l’année pour Rehab. Ce soir-là, Mitch et Janis, ses parents, sont dans la salle, réunis quinze ans après leur divorce. Ce petit corps à la voix sans âge fascine le public. "C’est la meilleure", confirme Benjamin Biolay dans le documentaire que lui consacre TMC.

C’est dans une modeste famille juive qu’elle voit le jour à Londres, le 14 septembre 1983. Son père est chauffeur de taxi, sa maman préparatrice en pharmacie. "C’était une enfant délicieuse, très aimante et intelligente", se souvient Mitch. À la maison, on chante souvent du jazz, dont son papa est fan. Les Spice Girls, elle les écoute dans sa chambre. Très tôt, les médecins découvrent qu’Amy est hypermnésique : elle se souvient de tout… et n’oublie jamais d’être libre. Elle fait du dessin, de la danse, du chant, de la musique ! À 9 ans, avec son amie, Juliette, elle crée un binôme à la manière du groupe de hip-hop féminin Salt-N-Pepa… Mais le divorce de ses parents la brise. De là va naître chez elle la peur de l’abandon et une grande culpabilité : elle croit que c’est parce qu’elle est trop turbulente que son père est parti. S’ensuivent alors scarifications et automutilations…

Amy Winehouse : la gloire, puis la descente aux enfers

En 2001, le label Island (Universal) la repère dans un bar et lui fait signer un contrat. En 2003, son premier album, Franck, passe inaperçu à l’inverse du second, Back to Black,qui, en quelques mois, atteint les onze millions d’exemplaires dans le monde. Douze titres empreints d’une noirceur qui résume le mal-être qu’elle ressent. À qui la faute ? À Blake Fielder Civil, son petit ami toxique de l’époque. Il lui fait découvrir la cocaïne, l’héroïne, et bien plus encore… La tournée qu’elle entame à la fin du printemps 2011 est une catastrophe. Personne ne sera surpris que la star de Back to Black finisse, hélas, par gagner les ténèbres à 27 ans.

Source: Lire L’Article Complet