Anaïs Demoustier est parfaite en « Pièce rapportée »

  • Anaïs Demoustier incarne une jeune femme qui fait souffler un vent de folie sur une famille coincée.
  • Elle séduit Philippe Katerine et William Lebghil et met Josiane Balasko en fureur dans cette comédie frappadingue.
  • « La Pièce rapportée » a une saveur de bonbon acidulé qu’on prend grand plaisir à déguster.

Elle est pleine de vie, Anaïs Demoustier ! Elle rayonne et ensoleille La Pièce rapportée d’Antonin Peretjatko en semant la folie dans une famille coincée, séduisant un gars lunaire campé par 
Philippe Katerine au grand dam de la maman de ce dernier jouée par
Josiane Balasko et surnommée la Reine Mère tant elle fait régner la terreur chez les siens.

Après avoir envoûté Valeria Bruni-Tedeschi et Denis Podalydès dans Les Amours d’Anaïs à la rentrée dernière, l’actrice césarisée en 2020 pour Alice et le maire de Nicolas Pariser se montre aussi délurée dans cette comédie farfelue. « Le César n’a pas changé ma vie mais il m’a rassurée sur ma légitimité dans mon métier », avoue Anaïs Demoustier à 20 Minutes.

Ecervelée ou manipulatrice

« Quand je regarde ma filmographie, reprend-elle, je me rends compte que j’ai tourné beaucoup de rôles de femmes libres qui assument leurs désirs et leur sexualité. Ce n’est pas un choix conscient de ma part mais cela me va ! » L’héroïne dévore la vie sans se laisser intimider par sa belle-mère et découvre de nouveaux plaisirs dans les bras d’un amant musicien (William Lebghil) au risque de se voir embarquée dans toutes sortes de situations rocambolesques pour cacher son infidélité. « Elle est à la fois fantasque et déterminée, précise la comédienne. Elle se fiche du regard des autres. On peut se demander si elle est écervelée ou manipulatrice. Le réalisateur ne voulait pas qu’on tranche entre les deux. » Cela rend le film très réjouissant.

Le côté mystérieux du personnage fait beaucoup pour cette fantaisie intemporelle à l’esthétique chatoyante et à la construction de puzzle. Voir courir la jeune femme dans le plus simple appareil au cœur d’un musée puis se réfugier dans un étui de contrebasse est l’un des grands moments du film. « La nudité ne me gêne pas quand elle est nécessaire pour donner un effet et c’était le cas ici ! C’est une bonne chose de montrer que la sexualité peut être joyeuse » s’amuse Anaïs Demoustier qu’on devrait retrouver bientôt dans un registre plus sérieux pour Novembre de Cédric Jimenez, le réalisateur de Bac Nord.

En attendant de la voir dans ce film sur l’enquête qui a suivi les attentats du 13 novembre 2015, La Pièce rapportée éloigne la morosité avec sa saveur de bonbon acidulé qu’on prend plaisir à déguster en sa compagnie.

Source: Lire L’Article Complet