Billie Holiday : rencontre avec Andra Day, révélation de ce biopic nommé aux Oscars

Vidéo: BANDE-ANNONCE BILLIE HOLIDAY, UNE AFFAIRE D’ETAT HD VOST (Le Parisien)

Lauréate d’un Golden Globe et nommée pour l’Oscar de la Meilleure Actrice, Andra Day est la grande révélation de “Billie Holiday, une affaire d’état”. Un biopic signé Lee Daniels sur lequel elle revient à notre micro.

Le 28 février dernier, Andra Day créait la surprise aux Golden Globes, en s’imposant devant Frances McDormand, Carey Mulligan, Vanessa Kirby et Viola Davis dans la catégorie Meilleure Actrice dans un Drame, où elle faisait figure d’outsider. Nommée aux Oscars, elle n’a pu rééditer cette performance, mais nul doute que ce ne sera que partie remise.

Car la comédienne crève l’écran dans Billie Holiday, une affaire d’état, sous les traits de la célèbre chanteuse. Et elle évoque à notre micro ce biopic signé Lee Daniels (Precious, Le Majordome), sorti ce mercredi 2 juin dans nos salles et qui revient notamment sur son engagement et son combat contre le gouvernement américain.

AlloCiné : “Billie Holiday, une affaire d’état” est votre premier film en tant qu’actrice et vous vous glissez dans la peau d’une icône. Le fait de jouer une chanteuse a-t-il représenté un défi supplémentaire, étant vous-même chanteuse ?

Andra Day : C’était un défi oui et j’ai eu une révélation. Car je savais que j’étais capable d’assurer les parties chantées. Puis j’ai réalisé que je devrais le faire avec sa voix. Et puis que je devrais être elle. Ressentir le rapport au public qui était le sien. Donc je me suis rendue compte que chanter ne serait pas si facile, car il me faudrait aussi jouer. Le chant, dans le film, c’est aussi du jeu. Et je me suis dit : “Mince” (rires)

C’était intimidant, définitivement. Mais tellement gratifiant. Je ne pense pas avoir les mots pour vraiment dire combien j’aime Billie Holiday et sa manière d’être. J’aime aussi Lee Daniels, Suzan-Lori Parks [la scénariste, ndlr] et Johann Hari [qui a signé le livre dont le film s’inspire, ndlr]. C’était une bénédiction. Je remercie Dieu de ne pas avoir permis que je m’auto-sabote avec ce rôle – car c’est ce que je faisais en ne voulant pas le jouer dans un premier temps.

Pourquoi ne vouliez-vous pas ?

Car je ne suis pas actrice. Et je ne devrais d’ailleurs pas le dire, car Lee me demandait sans cesse d’arrêter avec cela, en me répétant que j’étais une actrice. Il est vrai que je le suis maintenant, mais à l’époque, et je n’ai aucun souci à le reconnaître, ça n’était pas le cas. Je ne voulais donc pas être une tâche sur l’héritage de Billie Holiday, et cela m’aurait brisé le cœur, car je l’aime énormément.

J’avais souvent cette pensée en tête : “Billie est super. Diana [Ross, qui l’a incarnée en 1972, ndlr] est super. Mais vous vous souvenez quand Andra s’est enorgueillie de la jouer ?” (rires) J’ai eu du mal à surpasser ce sentiment. Mais la rencontre avec Lee a été déterminante, tout comme le fait de voir à quel point tout le monde était dévoué à elle. Mon coach de jeu et mon répétiteur ont aussi beaucoup compté et aidé. Je ne voulais pas être mauvaise.

Comment êtes-vous devenue Billie ? Grâce à des vidéos et des enregistrements sonores ? Quel a été l’aspect le plus difficile de cette transformation ?

Je connaissais déjà sa musique, car j’étais une grande fan. Mais j’ai dû réécouter toutes ses chansons, ainsi que des interviews, en plus de lire tous les livres que je pouvais, regarder des documentaires. J’ai essayé d’écouter chaque enregistrement dans lequel elle parlait, avec des humeurs différentes, en faisant attention pour parvenir à distinguer les moments où elle était sous l’emprise de drogue ou d’alcool, sobre, en colère, joyeuse, insouciante… J’y cherchais également sa voix pro, sa voix d’interview. Et les moments où elle était sexy.

Il n’existe pas tant d’enregistrements dans lesquels on l’entend parler. Pas autant qu’il ne devrait y en avoir pour une superstar de son calibre. Mais il y en avait assez pour que je saisisse ses différents états d’esprit et qui elle était dans les différents espaces. J’ai aussi collecté pas mal d’affaires : des chaussures, une marque de lingerie, des boucles d’oreilles, un parfum qu’elle aimait…

J’y suis arrivée à force de parler comme elle et de travailler avec mon répétiteur, de transformer mon corps en perdant du poids, de me mettre à fumer car je n’étais pas fumeuse avant – pas plus que je ne buvais d’alcool mais je m’y suis mise aussi. J’ai aussi changé de langage, adopté un comportement plus sexué à l’image du sien. J’ai écouté des personnes accros ou qui l’avaient été, pour comprendre à quel point l’addiction est une maladie mentale. Tout ce sur quoi j’ai pu mettre la main m’a rapproché d’elle.

  • Mère et fille Bande-annonce VO

    Allocine

  • Les Séminaristes Bande-annonce VO

    Allocine

  • Villa Caprice Bande-annonce VF

    Allocine

  • Playlist Bande-annonce VF

    Allocine

  • La Vie est belle Bande-annonce VF

    Allocine

  • Parker Bande-annonce VO

    Allocine

  • Les Figures de l'ombre Bande-annonce (2) VO

    Allocine

  • Le Canardeur Bande-annonce VO

    Allocine

  • Sans un bruit 2 Bande-annonce VO

    Allocine

  • Faux Raccord N°233 – Les gaffes et erreurs de La Forme de l'eau

    Allocine

  • Un Tour Chez Ma Fille Teaser (2) VF

    Allocine

  • Every Breath You Take Bande-annonce VO

    Allocine

  • Top 5 N°152 – Les mamans qui assurent

    Allocine


  • Mère et fille Bande-annonce VO
    Partie faire sa vie en Allemagne, Jasna revient en Croatie rendre visite à sa mère Anka, qui résiste au temps, à la maladie et aux aspirations de ses proches. Mais Anka, méfiante et acariâtre, tient à garder son autorité et n’accepte la présence de personne. Entre les deux femmes s'engage alors une lutte intime, emplie de souvenirs, d'émotions et d'une incessante force de vivre.


    Allocine


  • Les Séminaristes Bande-annonce VO
    En Tchécoslovaquie au début des années 1980, le régime communiste musèle l’église. Deux jeunes séminaristes devront choisir entre la soumission à la police secrète, ou une fidélité à leurs convictions qui pourrait leur coûter la vie.


    Allocine


  • Villa Caprice Bande-annonce VF
    Avocat célèbre, Luc Germon pense atteindre la consécration lorsque Gilles Fontaine, l'un des patrons les plus puissants de France, lui demande de prendre sa défense. L’homme d’affaires est soupçonné d'avoir acquis dans des conditions douteuses une magnifique propriété sur la Côte d'Azur, la Villa Caprice. Humilié et furieux de s'être laissé piéger, Fontaine compte sur l'habileté de Germon pour le tirer de ce mauvais pas. Mais une étrange relation de pouvoir s'installe bientôt entre les deux hommes, en principe alliés. Qui prendra l'avantage ?


    Allocine

De quelle manière Lee Daniels vous a aidée à vous dépasser, lui qui est connu pour mettre ses acteurs à l’épreuve ?

Il aime changer des choses dans les scènes au dernier moment, pour mieux vous pousser à improviser. Mais j’aime cette façon de faire car elle m’aide à grandir. Et je cherchais désespéremment à faire quelque chose de grand, donc peu importe la méthode employée pour que ma réaction soit à la hauteur, et soit naturelle, j’étais partante.

C’est notamment pour cela que je me suis mise à fumer : “Peu importe les conséquences, je m’en occuperai plus tard. Là, maintenant, il faut que cela sonne juste.” Pas seulement en termes de jeu, mais également de besoin. Comme si j’allumais une cigarette pendant notre discussion, mais que je le faisais sans y réfléchir, de manière inconsciente.

Donc Lee ajoute de l’imprévu dans les scènes. Comme celle où je m’entraîne, où il a fait entrer le chien. Mais il le faisait car il sentait qu’il le pouvait avec moi. Il me disait : “J’ai le sentiment que je pourrais sauter d’une falaise avec toi.” Il savait que je n’allais pas me bloquer en voyant le chien débarquer, mais que j’allais jouer avec cet élément. Sur ce point, nous nous ressemblons comme deux gouttes d’eau. Nous avons le même sens de l’humour, nous sommes divertis par les mêmes choses… Et je voulais être géniale pour lui, donc j’étais prête pour ces imprévus.

Quelle est votre chanson préférée de Billie Holiday ?

Il m’est très difficile de n’en choisir qu’une, car j’aime toute sa musique. Mais “God Bless the Child” me revient constamment. “Don’t Explain” aussi. Car elle a écrit ces chansons. Elle a vraiment dû se battre pour cet honneur, et c’est quelque chose qui nous est souvent pris, en tant que femmes noires. Beaucoup de personnes ne savent pas qu’elle a elle-même écrit des chansons. Dont la plupart de ses plus gros succès. Mais personne ne lui donne ce crédit. C’est pourquoi j’aime les mettre en avant.

“Billie Holiday, une affaire d’état” est à voir au cinéma depuis le 2 juin.

Propos recueillis par Emmanuel Itier à Los Angeles le 7 avril 2021 – Retranscription : Maximilien Pierrette

Source: Lire L’Article Complet