Caroline Delage: «Les maisons de retraite ne sont pas seulement des mouroirs!»

Les enfants de maternelle font généralement preuve d’une vivacité infaillible. Les nonagénaires, de par leur âge, adoptent un rythme de vie bien plus lent. Les uns ont une santé de fer. Les autres rencontrent plus souvent des déboires corporels et psychiques. Et pourtant, ces deux générations, que tout oppose sur le papier, peuvent cohabiter merveilleusement bien. C’est ce que la journaliste et productrice Caroline Delage tente de démontrer dans sa mini-série documentaire baptisée Une vie d’écart, dont les deux derniers épisodes débarquent ce mercredi 14 octobre à 22h50 sur Canal+. Adapté du format britannique Old People’s Home for 4 Year Olds, diffusé en 2017 sur Channel 4, cette expérience vise à créer un lien intergénérationnel entre des enfants de maternelle et des résidents d’une maison de retraite. «Ces personnes âgées souffrent de solitude et d’isolement. Leur prise en charge est l’un des enjeux fondamentaux de notre société», constate Caroline Delage sur le plateau du «Buzz TV» (voir vidéo ci-dessus).

» LIRE AUSSI – Caroline Delage («Au tableau!»): «Gad Elmaleh répondra aux accusations de plagiat»

La productrice a organisé une rencontre dans un Ehpad situé à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Pendant six semaines, une dizaine de bambins ont partagé le quotidien des nonagénaires lors d’activités en tout genre, comme le jardinage. Ensemble, ils ont traversé des moments de complicité, de rire mais aussi des instants touchants où les uns se confient à cœur ouvert aux autres. Des séquences solaires, gorgées de bienveillance, qui permettent de revaloriser l’image de ces établissements pour seniors souvent comparés à des hôpitaux. «Il y a de la vie dans les Ehpad, ce ne sont pas seulement des mouroirs! À 95 ans, on peut encore faire des rencontres», observe Caroline Delage.

La gériatre, le psychologue et la pédiatre embarqués à bord de cette aventure ont tous constaté les bienfaits de ce mélange entre les générations. Au début du tournage, les nonagénaires sont majoritairement d’humeur pessimiste. En témoigne leur visage, dont les traits dessinent une certaine mélancolie. Mais au fur et à mesure que les jours se succèdent, en présence de leurs copains qui ont 80 ans de moins, les sourires égaient de plus en plus leur tête. «Ils s’ouvrent, sont plus solaires et ont meilleure mine grâce à ce rapport tactile. Les enfants les caressent, les touchent et leur font des câlins. Ça leur manque!», rapporte la productrice qui a présenté sa série documentaire en avant-première à Brigitte Bourgignon, la ministre déléguée en charge de l’Autonomie. «Elle a été bouleversée et elle a affirmé sa volonté de mettre en place, main dans la main avec le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, des partenariats entre les Ehpad et les écoles maternelles». Avant la concrétisation d’un projet, pour lequel Caroline Delage milite avec force, les seniors devront sans aucun doute attendre la fin d’une crise qui les a plus que jamais isolés. Celle du Covid-19.

» Suivez toutes les infos de TV Magazine sur  Facebook et Twitter .

Source: Lire L’Article Complet