Documentaire sur Dominique Strauss-Kahn : le coup de gueule de Tristane Banon après des attaques infamantes

Depuis la mise en ligne du documentaire Chambre 2806 : l’affaire DSK sur Netflix, Tristane Banon est attaquée pour avoir accepté de parler au réalisateur. La journaliste et autrice a mis les choses au clair.

"C’est très bizarre de regarder un morceau de sa vie aussi important qui devient une série internationale Netflix". Des années après avoir porté plainte contre Dominique Strauss-Kahn pour tentative de viol, Tristane Banon a accepté de revenir sur sa rencontre avec l’ancien patron du FMI dans le documentaire Chambre 2806 : l’affaire DSK, mis en ligne sur Netflix. Dans celui-ci, le réalisateur Jalil Lespert a retracé le déroulé de l’affaire du Sofitel de New York. Mais aussi celle de Tristane Banon. Onze ans après les faits dont elle accuse DSK, l’autrice et journaliste a accepté de revenir sur leur rencontre et la tentative de viol qu’elle a dénoncée. "Je pense que médiatiquement il y a eu une évolution extraordinaire, affirmait-elle sur les ondes d’Europe 1. Il y a un mépris de classe, une réaction de corporation politique. Ça arriverait demain, DSK serait protégé de la même façon par sa classe politique, on le voit dans le documentaire."

Mais depuis la mise en ligne des quatre épisodes de ce documentaire, Tristane Banon est attaquée de toute part. Sur son compte Twitter ce jeudi 17 décembre, elle a donc été obligée de mettre les choses au clair. " À toutes fins utiles, puisque ça revient souvent : NON, je n’ai pas été payée pour le doc Netflix, a commencé la journaliste. Et NON, je ne garde pas ce que me rapporte la vente de mon livre #LeBalDesHypocrites ressorti en poche, je reverse cet argent à des assoc’. Et bonne journée aux experts comptables de ma vie." A un internaute qui la défendait, elle a ajouté : "Mais ça aurait donné de la matière à cacaner à ceux qui me reprochent d’avoir fait ça pour l’argent… phrase toute faite et trop entendue". Dans les colonnes du magazine Elle, Tristane Banon expliquait la raison pour laquelle elle avait accepté de participer à ce reportage, même si "au départ", elle était "assez réticente".

Tristane Banon a accepté pour ses enfants

"Puis j’ai pensé à mes enfants. Je me suis dit que plus tard, ils feraient peut-être des recherches sur Internet et trouveraient des informations pas forcément vraies. Je suis assez admirative de la capacité qu’a Netflix de faire des documentaires grand public diffusés à l’international. Ça a plein de défauts, mais ça présente l’avantage de rendre digeste des faits qui ne le sont pas forcément", continuait alors Tristane Banon. Dans les colonnes de Télérama, elle poursuivait : "J’ai accepté finalement en pensant que cette série pourrait sans doute m’aider à expliquer plus tard à ma fille et à mon fils (né entre-temps) ce que j’ai vécu, à répondre aux questions qu’ils pourraient avoir. Si Jalil Lespert arrivait à tirer un ‘bel objet’ de toute cette histoire glauque, ce serait un vrai support pour parler de tout cela". Pour rappel, le parquet de Paris a reconnu, en 2011, qu’il y avait bien eu agression sexuelle de la part de Dominique Strauss-Kahn sur Tristane Banon. Mais à l’époque, les faits étaient prescrits.

Source: Lire L’Article Complet