Halloween : 12 films d'horreur à voir sur Netflix

À l’heure d’Halloween, il est bon de se faire peur en visionnant un, ou plusieurs, films d’horreur. Et quoi de mieux que Netflix pour frissonner jusqu’au bout de la nuit, le soir du 31 octobre. Vogue a choisi ses 12 films préférés à visionner dans le noir, évidemment.

Guide express des meilleurs films d'horreur, décalés voire traumatisants, à regarder sur Netflix pour se mettre dans le mood d'Halloween.

Le plus régressif : 'Annabelle' de John R. Leonetti (2014)

Une magnifique poupée de collection dotée d'un esprit maléfique sème l'horreur dans une maison habitée par un couple attendant un enfant… Il n'en faut pas plus pour que notre sang se glace devant Annabelle. Ses cris résonnent encore dans les têtes, son visage diabolique hante les nuits… Vous ne verrez plus jamais les poupées en porcelaine de la même manière.

Annabelle

© netflix

Le plus culte : 'Scream' de Wes Craven (1997)

Il ne fallait pas répondre au téléphone… Drew Barrymore ouvre, avec l'une des scènes les plus culte du cinéma d'horreur, le film Scream, plongée en enfer d'une petite ville du Maryland terrorisée par un serial killer masqué qui s'en prend à des adolescents. À l'autre bout du fil, un homme à la voix suave, séduisante, puis de plus en plus menaçante. La jeune fille, qui s'apprêtait à regarder un film d'horreur seule dans sa maison familiale, devient malgré elle, la victime d'un véritable massacre savamment ficelé par l'anonyme grimé, qui pénètre dans la villa, couteau au poing…

Screaù

© Collection Christophel © Woods Entertainment

Le plus terrifiant : 'The Ring' de Gore Verbinski (2002)

Après avoir visionné une étrange cassette sans étiquette ni marque, diffusant des symboles et images cauchemardesques, le téléphone sonne. Au bout du fil, une voix terrible annonce que le spectateur n'a plus que 7 jours à vivre. Après la mort de sa nièce, l'une des nombreuses victimes à avoir péri après avoir vu cette cassette, la journaliste Rachel Keller (Naomi Watts), aidée par son ex mari, se penche sur cette sombre malédiction, quitte à mettre en péril sa vie et celle de son entourage.

‘The Ring’ de Gore Verbinski (2002)

© Photo12/AFP

Le plus réaliste : 'The Blair Witch Project' d'Eduardo Sánchez et Daniel Myrick (1999)

Au début des années 90, une bande d'étudiants en cinéma (Heather Donahue, Joshua Leonard et Michael Williams) part dans la forêt de Black Hills dans le Maryland pour réaliser un reportage sur la sorcière de Blair. Si, un an plus tard, la bande-vidéo relatant leur enquête est retrouvée, ceux-ci sont toujours portés disparus… Précurseur des pseudo-documentaires d'horreur, The Blair Witch Project fait encore l'objet de nombreux débats, 20 ans après sa sortie, concernant sa fin ouverte et énigmatique.

The Blair Witch Project

© Getty Images

Le plus troublant : 'The Witch' de Robert Eggers (2015)

Nouvelle-Angleterre,1630. Un couple de religieux vivant loin de toute civilisation, William et Katherine, sont parents de cinq enfants. Quand le nouveau-né disparaît mystérieusement et que leurs récoltes se retrouvent sabotées, les membres de la famille sombrant dans la paranoïa, se montent les uns contres les autres… Dans le rôle de l'aînée de la famille accusée de tous les maux, Anya Taylor-Joy qui incarne ici une version moderne de la "final girl, versant féministe et contemporain de la longue lignée des Scream Queens, plus résistante et vengeresse, bien loin des héroïnes timides du cinéma muet.

The Witch

© Universal Pictures

Le plus terrifiant : 'Conjuring, les dossiers Warren' deJames Wan (2013)

Inspiré d'une histoire vraie, ce qui le rend encore plus angoissant, Conjuring, les dossiers Warren ouvre le bal d'une saga horrifique populaire misant sur des histoires de famille mystérieuses et autres créatures toutes plus traumatisantes les unes que les autres, le démon Valak, en tête. On y suit l'enquête paranormale du couple Warren au sein d'une famille terrorisée par une présence qui hante leur ferme isolée.Dans ce premier volet, qui a rencontré un énorme succès au box-office, on y croise notamment pour la première fois la poupée démoniaque Annabelle qui sera par la suite l'héroïne de sa propre franchise.

Conjuring, les dossiers Warren

© Warner Bros Pictures

Le plus frenchy : 'Sheitan' de Kim Chapiron (2005)

La veille de Noël, une bande de jeunes venue de la banlieue parisienne est invitée par la sexy Eve, rencontrée en boîte de nuit, dans sa maison de famille dans une campagne profonde. Là-bas, ils y rencontrent des êtres consanguins aux intentions macabres, dont le paysan Joseph et sa sœur Marie, joués tour à tour par un Vincent Cassel terriblement dérangeant… Un malaise qui ne nous quitte pas durant cette heure 30 haletante.

‘Sheitan’ de Kim Chapiron (2005)

© Collection Christophel © La Chauve Souris / 120 Films

Le plus vintage : 'The Thing' de John Carpenter (1982)

"La Chose". C'est le nom terrifiant donné à un monstre difforme enfoui sous la neige depuis plus de 100 000 ans et qui s'empare du corps des membres d'une équipe de chercheurs au cœur de l'Antarctique. Un thriller frissonnant porté par Kurt Russell, qui rejoint les nombreux chefs-d'œuvre de la filmographie de John Carpenter.

The Thing

© Sunset Boulevard

Le plus dérangeant : 'Mamá' de Andy Muschietti (2013)

Lucas, accompagné de sa petite amie Annabel (Jessica Chastain), recherche ses deux nièces, disparues depuis la mort de leurs parents. Les petites filles sont enfin retrouvées dans une cabane, dans un état quasi sauvage, et partent habiter chez le couple. Mais Annabel a l'intime conviction qu'elles sont hantées par une présence maléfique…

Mamá

© Universal Pictures International France

Le plus tranchant : 'Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête' de Tim Burton (2000)

Le détective new-yorkais Ichabod Crane est envoyé dans la ville de Sleepy Hollow pour enquêter sur des meurtres mystérieux. Leur signe distinctif ? La victime est retrouvée la tête coupée…Plongée dans l'univers gothique de Tim Burton, Sleepy Hollow est un petit délice horrifique à l'ironie bien sentie. Son complice de toujours Johnny Depp y tient à merveille son rôle de savant cartésien. Face à lui, une candide Christina Ricci dont la beauté froide ne laisse pas notre héros de marbre.

‘Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête’ de Tim Burton (2000)

© Paramount Pictures/Corbis via Getty Images

Le plus effrayant : 'Eli' de Ciarán Foy (2019)

Netflix tient l'un des films d'horreur les plus réussis de l'année. Eli nous plonge dans l'enfer d'un petit garçon souffrant d'une maladie débilitante, interné dans une clinique isolée qui l'étudie comme cobaye. Mais ce traitement expérimental déchaîne des phénomènes surnaturels qui amèneront le jeune malade à découvrir une sombre vérité sur ce lieu sinistre et ses parents…

‘Eli’ de Ciarán Foy (2019)

© Patti Perret/Netflix

Le plus fun : 'Bienvenue à Zombieland' de Ruben Fleischer (2009)

Un étudiant un poil niais (Jesse Eisenberg) s'allie à un chasseur de zombies (Woody Harrelson), et deux sœurs reines de l'arnaque (Emma Stone et Abigail Breslin) pour survivre dans un monde régi par les morts-vivants. Drôle et décalée, cette comédie d'horreur ne lésine pas sur l'esthétique gore et l'humour noir. À revoir avant de découvrir la suite, Retour à Zombieland, en salles le 30 octobre prochain, pile à temps pour Halloween.

‘Bienvenue à Zombieland’ de Ruben Fleischer (2009)

© Sony Pictures Releasing France


Source: Lire L’Article Complet