Ici tout commence (TF1) Catherine Marchal : "Une quotidienne, c’est un vrai cadeau"

Dans le feuilleton, Catherine Marchal incarne Claire Guinot, une chef cuisinière et professeur à l’institut Auguste Armand. Un personnage bien éloigné de ses rôles habituels… Entretien.

Comment avez-vous vécu cette plongée dans l’univers de la gastronomie ? 

Catherine Marchal : Comme une belle surprise. Moi, dans la vie, je suis incapable de faire un plat qui tienne la route. Camper des personnages que l’on ne sera jamais, c’est toute la magie de ce métier. En l’occurrence, une chef étoilée et Meilleure Ouvrière de France. On se la pète un peu, quoi ! 

Aimez-vous jouer une chef ? 

C’est un rôle très intéressant. J’y trouve des points communs avec le métier de flic, que j’ai souvent incarné, à la télé ou au ciné : pour s’imposer dans ce milieu, une femme doit être la meilleure. On retrouve ce machisme dans le monde de la cuisine et de la gastronomie. Peut-être plus qu’ailleurs. À travers des documentaires, j’ai observé des chefs du monde entier : toutes ont ce comportement très militaire. Mais elles n’ont pas le choix. Pour exister et pour s’en sortir, elles doivent être intraitables et, surtout, ne jamais montrer leurs failles.

Avez-vous reçu une formation pour ce rôle ? 

Oui. Nous avons reçu la visite d’un chef qui officie dans la région de Saint-Laurent-d’Aigouze (Gard), le lieu du tournage. L’idée était de choper les gestes techniques et les tics des professionnels. Je me suis également inspirée de la douceur mêlée d’autorité d’Anne-Sophie Pic, la chef multi-étoilée. Je lui ai même piqué sa chemise : la veste Lady Pic, qu’elle commercialise. 

À lire également

Galerie: 12 répliques culte que tout le monde dit mal (Allocine)

Ici tout commence (TF1) Francis Huster : “J’ai longuement réfléchi pour savoir comment revenir à la télévision”

Parlez-nous de Claire Guinot, votre personnage. Qui est-elle ? 

C’est une femme assez secrète, dont la vie privée va se dévoiler, lentement, au fil des épisodes. Une mère célibataire, qui a entièrement consacré sa vie à sa carrière. Louis son fils (Fabian Wolfrom), étudie à l’institut dans lequel elle enseigne. Mais, aujourd’hui, Claire s’immisce un peu trop dans la vie de son fils. 

C’est aussi une prof attentionnée avec ses élèves… 

L’univers de la cuisine est impitoyable. On passe des heures à préparer un plat et l’on peut se faire détruire en deux secondes. Claire essaie d’enseigner avec bienveillance et des encouragements. Pour une fois, je décroche l’un des rôles les plus sympathiques d’une série. J’en suis ravie ! 

Qu’est-ce qui vous a titillée dans cette proposition ? 

Une quotidienne, c’est un vrai cadeau. Nous partons sur une longue période. D’ailleurs, nous avons tous signé pour un an minimum. De quoi développer largement certaines histoires et d’en clôturer d’autres. 

Avec cet engagement à long terme, on ne risque pas de vous revoir de sitôt au théâtre ou dans les polars d’Olivier Marchal, votre ex-mari ! 

Je vais être forcément très présente pendant les premiers mois. Mais, lorsque la série aura atteint son rythme de croisière, que les personnages seront bien installés, je ne serai pas obligée d’être toujours là. Je n’ai pas envie d’être enfermée dans le rôle de Claire Guinot : je veux continuer à monter sur les planches et à faire de la mise en scène. 

Interview Caty Dewanckèle 

Source: Lire L’Article Complet