Marie Drucker : "Il est impossible de prétendre être une femme comme tout le monde et d’apparaitre sur des photos qui ne vous ressemblent pas"

Journaliste d’actualité pendant de nombreuses années, Marie Drucker révèle une nouvelle facette de sa personnalité en publiant un ouvrage pour aider les femmes à prendre soin d’elle après 40 ans.

Il y a une indication très importante au dos de votre livre : “les photographies de cet ouvrage n’ont pas été retouchées”…

Marie Drucker : Oui, c’était très important de le signaler car il est impossible de prétendre être une femme comme tout le monde et d’apparaitre sur des photos qui ne vous ressemblent pas. Toutes les photos ont été prises en lumière naturelle, avec, certes, une très bonne maquilleuse ! (Rires).

On ne vous imaginait pas en gourou du bien-être ! Ce n’est pas un sujet que vous évoquez forcément à longueur d’interviews…

Parce que je ne me pose pas du tout en prêtresse de la forme. J’aborde le sujet avec beaucoup de modestie. Je suis une femme de 46 ans, qui a eu un enfant tard, et qui a essayé de trouver des réponses à ses nombreuses questions. Je ne donne aucune leçon, j’ai simplement enquêté et pratiqué. Je suis la bonne amie bienveillante.

Ici, il est question de bien-être dans le sens très large du terme…

Oui, c’est une approche très globale. Être en forme, c’est se sentir bien dans sa peau : digérer correctement, faire face aux bascules hormonales, avoir un bon sommeil, ne pas se laisser envahir par le stress… Il faut pouvoir s’accorder un équilibre général.

À lire également

Galerie: 20 situations très embarrassantes vécues pendant une fouille à l’aéroport (Gentside)

Michel Drucker défend le vaccin AstraZeneca : “Le pourcentage de thromboses c’est peanuts !” (VIDEO)

Est-ce facile de prendre soin de soi quand on est une femme active qui mène de front carrière et vie familiale ?

La charge mentale n’est pas une vue de l’esprit. Les femmes sont tellement habituées à être de bons petits soldats qu’elles culpabilisent dès qu’elles sont fatiguées. Il faut savoir s’écouter et essayer de mettre en place des choses pour se sentir mieux. Si on ne le fait pas nous-mêmes, personne ne le fera à notre place….

Vous présentez depuis quelques mois déjà Au bout de l’enquête, la fin du crime parfait ? Êtes-vous satisfaite de ce rendez-vous maintenant installé sur France2 ?

Oui ! Je suis très contente des audiences. Elles sont au-dessus de nos attentes. Je ne cours pas après l’antenne, on m’a proposé beaucoup de choses ces dernières années. Si j’ai dit oui à ce magazine, c’est qu’il y avait quelque chose d’intelligent à défendre et à porter.

Vous êtes marraine de l’association Un rien c’est tout qui vient de sortir un album avec la troupe des Petits Écoliers. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Jamais une association n’a aussi bien porté son nom : elle part du principe qu’un rien peut être beaucoup. Chez nous, il est question de micro-dons utilisés immédiatement pour des actions concrètes d’associations plus petites, tournées vers l’environnement, les femmes, la précarité, l’éducation, l’enfance et la santé. J’y suis quasiment depuis le début avec Antoine Griezmann et Vincent Lindon. C’est utile, ça fonctionne. Nous avons tous mis notre pierre à l’édifice de l’album, ce fut une aventure formidable. Je suis ravie de pouvoir en parler !

Interview Amandine Scherer

En Forme ! Disponible le 29 avril. (Michel Lafon)

Un rien c’est tout/ Les Petits Écoliers. Album disponible (Discover Music)

Source: Lire L’Article Complet