Noémie Merlant, un « Good Man » sans les stéréotypes du (trans)genre

  • Comme sa compagne ne peut pas avoir d’enfant, un homme transgenre décide d’être celui qui va porter leur bébé.
  • Noémie Merlant livre une performance nuancée et respectueuse dans « A Good Man » de Marie-Castille Mention-Schaar.
  • Elle évite les stéréotypes dans le rôle d’un homme né dans un corps de femme.

On a quitté Noémie Merlant dans Les Olympiades de Jacques Audiard sorti mercredi dernier. On la retrouve cette semaine dans A Good Man de
Marie-Castille Mention-Schaar qui aborde le thème ô combien délicat de la transparentalité.

La comédienne incarne Benjamin, un homme né dans un corps de femme qui veut fonder une famille avec sa compagne Aude (jouée par Soko). Ils envisagent une PMA mais cette dernière ne peut pas avoir d’enfant. Benjamin décide alors de porter leur bébé. « Marie-Castille a un don pour montrer des sujets de société sous un jour différent, afin que le public puisse mieux les comprendre », explique Noémie Merlant à 20 Minutes. Ayant déjà été dirigée par la cinéaste pour Les Héritiers (2012), Le Ciel attendra (2016) et La Fête des mères (2017), elle savait pouvoir lui faire confiance pour aborner un thème aussi délicat.

Le respect par-dessus tout

A Good Man, film labellisé Cannes 2020 et montré à Deauville, a reçu le soutien du
collectif Représentrans. « J’étais consciente qu’on pourrait me reprocher de m’approprier le rôle d’un homme trans, précise Noémie Merlant. Mais Marie-Castille ayant vainement cherché à en trouver un pour incarner Benjamin, j’ai fini par estimer que la visibilité qu’offrait le film aux personnes transgenres primait sur mes scrupules. » La comédienne a sans doute pris la bonne décision, tant elle émeut sans jamais être caricaturale dans son couple uni qui ne manquera pas de donner beaucoup d’amour à sa progéniture.

« Pour incarner Benjamin, je devais éviter les clichés qu’on associe à la virilité, insiste Noémie Merlant. J’ai dû apprendre à modifier ma voix avec un orthophoniste, travailler ma démarche, ma musculation et ma gestuelle pour le construire. » Des conseillers transgenres sont venus épauler l’actrice qui souhaitait par-dessus tout ne pas livrer une composition stéréotypée. « Le respect était le maître mot du film pour toutes celles et ceux qui ont participé », martèle-t-elle. Cela se sent à chaque séquence toute en délicatesse de cette œuvre qui touche à l’universel dans sa façon d’aborder le désir d’être parent. L’histoire s’inspire librement de celle d’une relation de la réalisatrice, ainsi que d’hommes trans ayant porté des enfants, notamment aux Etats-Unis.

Un message important

« Un jour, des couples comme celui que forment Benjamin et Aude seront considérés comme parfaitement ordinaires, insiste Noémie Merlant. C’est la raison d’exister du film : que la douleur que vivent les personnes transgenres appartienne au passé et que les gens qui ne les connaissent pas les comprennent mieux. » Ne serait-ce que pour cela, A Good Man est une œuvre importante dans ce qu’elle fait découvrir de détresse mais aussi d’amour et de force.

Source: Lire L’Article Complet