01/30/2023

Babylon, ce film épique de bruit, de stupre et de fureur, aura été son marchepied pour accéder au paradis. Le Mexicain Diego Calva est la révélation du dernier long-métrage de Damien Chazelle : à 30 ans, ce jeune premier brille avec la même intensité que les deux monstres de cinéma Margot Robbie et Brad Pitt, à qui il donne la réplique. Il était passé jusqu’ici sous les radars, avec de petits rôles, dont le plus important était celui d’un boss de cartel dans la troisième saison de Narcos : Mexico sur Netflix.

Dans Babylon, cet intense tourbillon de 3 heures sur les premières heures d’Hollywood, au temps du muet et des folles bacchanales qui s’y déroulaient jusqu’à l’avènement du parlant et la reprise en main industrielle, il incarne Manny, un jeune mexicain sans le sou mais débrouillard, qui brûle de se faire une place dans l’usine à rêves. Homme à tout faire, il devient bientôt l’assistant personnel de l’acteur star Jack Conrad (Brad Pitt) et l’ami de la starlette rebelle Nellie LaRoy (Margot Robbie) qu’il va tenter par amour de faire percer et de sauver d’elle-même.

Enfant unique d’un éditeur et d’une artiste, tout deux cinéphiles, Diego Calva est né et a grandi à Mexico. Les films ont été, dit-il, ses baby-sitters, et il rêve depuis toujours d’être réalisateur. Surtout depuis qu’il a vu Les Affranchis de Scorsese mais aussi Kids de Larry Clark qui résonnait alors avec sa pratique assidue du skateboard. A 13 ans, il commence à bricoler des court-métrages avec des copains. Vers 15 ans il est payé pour la première fois en tant qu’assistant-son sur un tournage.

Sa vie ressemble beaucoup à celle de son personnage

Il fait ensuite des études de cinéma et travaille sur tous les tournages qui se présentent, qu’il s’agisse d’apporter les cafés, d’aider les costumiers, d’assister la production et finalement de jouer. « Un peu comme Manny qui veut tellement travailler dans le cinéma qu’il accepte tous les boulots, servir le café ou faire le ménage après une fête« , reconnaît-il dans Première.

Les parallèles entre le parcours de Diego Calva et celui de son personnage dans Babylon sautent aux yeux. Il le reconnaît volontiers. « Un jour il (Manny) nettoie la merde d’un éléphant, le lendemain il est avec (la star) Jack Conrad. Quant à moi, je vivais à Mexico city et je me retrouve à dîner avec Brad Pitt« , abonde-t-il dans le Guardian. Comme Manny, Diego n’avait besoin que d’un coup de chance pour se faire remarquer. Cependant, note le quotidien britannique, leurs expériences en tant que Mexicains à Hollywood diffèrent. Diego Calva souligne qu’il n’a jamais trahi ou compromis son identité alors que le personnage qu’il incarne désavoue son prénom (Manuel) et prétend être né à Madrid. « Il commence à perdre son âme. Il se corrompt au point de mentir sur qui il est« , relève Calva.

Il doit beaucoup à Margot Robbie qui l’a pris sous son aile

Damien Chazelle, 38 ans, a auditionné plusieurs centaines d’acteurs mexicains pour trouver son Manny. Le casting ayant été ralenti par les confinements dus à la pandémie de Covid-19, le réalisateur oscarisé pour La La Land (2016) a demandé à Diego Calva durant plus d’un an d’envoyer des vidéos de lui-même interprétant différentes scènes. Mais ce sont les essais réalisés en chair et en os début 2021 avec Margot Robbie qui ont définitivement convaincu le cinéaste, qui dit avoir aussitôt perçu « une alchimie« , « un feu d’artifice » entre les deux acteurs. « Je dois ce rôle à Margot parce que quelque chose s’est passé entre nous deux. Ce jour-là, chez Damien, j’ai atteint un tout autre niveau de jeu« , raconte-t-il au Guardian.

Le réalisateur avait vu juste. Le courant était si bien passé que, durant le tournage, réalisant que l’acteur était très seul à Hollywood, la divine actrice australienne, qui se souvenait s’être sentie elle aussi esseulée durant le tournage du Loup de Wall Street, l’a invité à venir vivre chez elle avec son mari Tom Ackerley. « On était comme une famille« , raconte-t-il. « Je lui dois énormément« , insiste-t-il, admiratif, dans toutes ses interviews récentes. Cela a surtout nourri une complicité qui éclate à l’écran.

Damien Chazelle lui a conseillé d’observer le jeu d’Al Pacino

Si Diego Calva doit une fière chandelle à Margot Robbie, Damien Chazelle n’est pas en reste. Le réalisateur américano-français a d’ailleurs de curieuses manières de travailler : une fois convaincu qu’il tenait son Manny, Chazelle l’a d’abord présenté comme l’un de ses assistants à Brad Pitt lors du tournage d’une publicité. Toute la journée, Diego Calva a été aux petits soins, apportant cafés et boissons gazeuses à tout le monde. Le lendemain, Chazelle a annoncé à Brad Pitt : « Hey, Brad, tu as rencontré Diego ? C’est l’acteur qui va jouer Manny dans Babylon ». Selon l’acteur mexicain, Brad Pitt a alors buggé.

La justesse de son jeu et de son personnage dans Babylon, Diego Calva le doit aussi beaucoup à Damien Chazelle, qui n’a pas lâché son protégé d’une semelle. Il l’a en effet lui aussi accueilli chez lui avec son épouse, la productrice Olivia Hamilton avant le tournage. Diego y a répété les scènes durant une dizaine de jours dans leur jardin. « C’était comme un camp d’été, se souvient-il dans le Los Angeles Times. On se réveillait le matin et on jouait les scènes. Olivia jouait tous les autres personnages et Damien filmait tout. Au onzième jour, il avait l’ensemble du film. »

Son jeu passe aussi beaucoup par le regard, particulièrement intense et expressif, qui évolue au fil du récit, de l’éblouissement innocent et un peu affolé des débuts à une expression plus mature et distancée. Damien Chazelle lui a conseillé d’observer Al Pacino dans Le Parrain, ce regard qui dit « Je réfléchis, je vais régler le problème« . Les films muets de Buster Keaton et Charlie Chaplin l’ont aussi inspiré. « Damien m’a dit que les spectateurs allaient voir ce film à travers les yeux de mon personnage et que puisqu’il serait silencieux une bonne partie du temps, il fallait que Manny puisse communiquer ses sentiments via les expressions de son visage.« , confie-t-il encore au L.A. Times.

Et maintenant ?

Lui qui doit se pincer chaque matin pour s’assurer qu’il n’a pas rêvé, veut aujourd’hui profiter et tourner avec les plus grands réalisateurs qu’il croise de soirées en galas, comme Steven Spielberg, Quentin Tarantino ou Greta Gerwig, voire, avec le Sicilien Luca Guadagnino, qui s’apprête à réaliser le prochain Scarface dans lequel il rêverait tenir le rôle de Tony Montana. 

Son souhait de devenir réalisateur ne l’a pas quitté, mais il veut d’abord se frotter à la vie d’acteur, qu’il envisage comme une façon d’apprendre à diriger. « Observer les différentes manières de travailler de chaque réalisateur est devenu ma façon d’apprendre le métier« , confie-t-il à Variety. « Ma vie ressemble à un film, dit-il encore au Guardian. Depuis Babylon, je veux que chaque jour dure 48 heures. (…) Pour la première fois, je préfère être réveillé plutôt que dormir. »

Source: Lire L’Article Complet