Tout s'est bien passé : 3 choses à retenir sur ce long-métrage poignant inspiré d'une histoire vraie

Tout s’est bien passé sort aujourd’hui dans les salles obscures françaises. Ce long-métrage de François Ozon, inspiré d’une histoire vraie, est un chef-d’oeuvre cinématographique ! 

Depuis ce mercredi 22 septembre, le nouveau film de François Ozon est diffusé dans les salles obscures françaises. Intitulé Tout s’est bien passé, ce long-métrage est centré sur le livre éponyme d’Emmnuèle Bernheim, qui raconte sa propre histoire et qui a aidé son père à mourir dignement. Comme il s’agit d’une histoire vraie, le film est encore plus poignant et nous transperce en plein coeur. La question de l’euthanasie nous touche tous, directement ou indirectement, et on ne peut que s’imaginer à la place du personnage d’Emmanuèle. Que faire quand l’un de ses proches, diminués, nous demande de l’aider à mourir ? En France, le sujet est encore bien trop tabou, mais ce film de François Ozon pourrait permettre une ouverture d’esprit qui manquait dans l’Hexagone.

Synopsis de Tout s’est bien passé

À 85 ans, le père d’Emmanuèle est hospitalisé après un accident vasculaire cérébral. Quand il se réveille, diminué et dépendant, cet homme curieux de tout, aimant passionnément la vie, demande à sa fille de l’aider à mourir.

Casting de Tout s’est bien passé

Ce long-métrage de François Ozon est porté par un casting cinq étoiles. André Dussollier prête ses traits à André Bernheim, le personnage principal de Tout s’est bien passé. De son côté, Sophie Marceau interprète Emanuèle Bernheim, la fille d’André à qui il a demandé de l’aider à mourir. Géraldine Pailhas joue quant à elle, Pascale, la deuxième fille d’André et soeur d’Emmanuèle.

3 choses à retenir de Tout s’est bien passé

  • Tout s’est bien passé nous transporte dans un tourbillon d’émotions. On vous prévient, âmes sensibles s’abstenir puisqu’il est impossible de ne pas verser une larme (voire des larmes) face à cette histoire de famille. Ces deux filles, qui sont incapables de refuser d’accompagner leur père à mourir, nous bouleversent, mais nous impressionnent par leur volonté et leur courage.
  • Le casting est incroyablement talentueux. Le film est porté par trois acteurs prestigieux qui nous immergent dans la vie des Bernheim. Tout au long du film, on accompagne un patient dans le processus de la mort et on participe à ses différentes phases, aux doutes et parfois à l’incompréhension de ses proches. Et malgré une histoire poignante et douloureuse, des séquences restent drôles grâce aux répliques du personnage d’André Dussollier. On rit comme on pleure !
  • L’euthanasie est une pratique illégale en France. Pourtant, Emmanuèle et Pascale sont prêtes à risquer leur vie pour combler les dernières volontés de leur père. Même si elles ont été entendues par la police, elles n’ont reculé devant rien. Elles sont déterminées malgré leur souffrance et cela prouve à quel point elles sont soudées et portent un amour inconditionnel à leur père. Malgré tout, même si ce n’est pas le premier but du film, Tout s’est bien passé offre un espoir à tous ces malades qui désirent mourir dans la dignité. Malgré cette interdiction en France, il est possible de contourner la loi. Ce long-métrage de François Ozon met en lumière des recours pour répondre aux dernières volontés d’un malade…

Source: Lire L’Article Complet