Un amour de jeunesse (France 2) – Isabelle Gélinas : "J’aime les histoires où les personnages sont confrontés à leurs failles"

La comédienne forme, avec Stéphane De Groodt, un couple fortuné qui tente de se faire passer pour pauvre. Hilarant ! Entretien…

Que nous raconte cette comédie ?

Isabelle Gélinas : Antoine, joué par Stéphane De Groodt, est un homme devenu riche, qui a oublié s’être marié trente ans plus tôt avec Maryse (Olivia Côte, ndlr), un amour de jeunesse. La réapparition inopinée de cette dernière, engagée dans l’humanitaire, en Afrique, lui fait craindre qu’elle ne réclame son dû. Alors, sur les conseils de son avocat (Sébastien Pierre), ce grand patron va lui faire croire qu’il est pauvre ! Il va donc la recevoir à Sarcelles, dans le logement de sa femme de ménage (Nelly Clara)…

Vous jouez Diane ,la compagne aristocrate d’Antoine. Quel genre de femme est-elle ?

Une femme charmante, mais un peu « hors sol », décalée. Quand Antoine lui demande de se faire passer pour une femme du peuple, appelée Ginette, elle se prête au jeu de mauvaise grâce. L’idée ne l’enchante guère. Mais, peu à peu, elle éprouve du plaisir à casser les codes et à balancer des grossièretés.

On pense à Molière : il y a un Harpagon qui veut se faire passer pour un pauvre, des serviteurs qui deviennent les maîtres, et inversement…

En effet, il y a un peu de cela. Antoine met toute son énergie à faire croire qu’il est misérable. Même si ce principe d’inversion maîtres-valets est plus présent dans le théâtre de Marivaux.

Derrière cette apparente légèreté, la pièce n’interroge-t-elle pas sur le sens que l’on donne à sa vie ?

Cela reste une farce, dont le but est de divertir. En ce qui me concerne, j’aime les histoires où les personnages sont confrontés à leurs failles et à leurs contradictions. Il est intéressant de voir comment a évolué Antoine par rapport à ses idéaux de jeunesse.

À lire également

Isabelle Gélinas : “On ne va pas dans une chambre avec un producteur !” (VIDEO)

L’un des temps forts est quand vous passez de Diane, l’aristo, à Ginette, la prolo. Il y a du Jacqueline Maillan et du Valérie Lemercier dans votre performance. Sont-elles des références pour vous ?

Absolument ! Jacqueline Maillan est la référence absolue ! Quant à Valérie Lemercier, je la trouve exceptionnelle. Je vais d’ailleurs la retrouver, en janvier, au Théâtre Antoine, à Paris. Nous jouerons deux sœurs dans une pièce de Brigitte Buc, Les Sœurs Bienaimé.

Comment s’est passée votre collaboration avec Stéphane De Groodt ?

Je n’avais jamais travaillé avec lui, je l’avais seulement croisé sur le tournage de Fais pas ci, fais pas ça !, mais nous n’avions pas eu de scène ensemble. J’ai découvert un comédien de talent.

Justement, avez-vous des nouvelles de vos partenaires de Fais pas ci, fais pas ça ?

Chacun a repris sa route, mais nous restons en contact. Peut-être nous retrouverons-nous une autre fois pour un unitaire exceptionnel.

En attendant, quels sont vos projets ?

Je tourne, dans le Sud, une captation en extérieur d’Amis d’enfance, une pièce de Sam Karmann, avec Anne Jacquemin, François Vincentelli et Nicolas Briançon. Je vais ensuite jouer dans un téléfilm de comédie, avec François-Xavier Demaison, Le Système de Pontes. Puis, j’incarnerai la femme de Gérard Jugnot dans un prochain long-métrage. Enfin, entre octobre et décembre, je jouerai Le Système Ribadier, de Feydeau, au théâtre de la Michodière, à Paris, avec Patrick Chesnais.

Un amour de jeunesse : mardi 6 juillet à 21h05 sur France 2

Interview Hacène Chouchaoui

Source: Lire L’Article Complet